Vingt-quatre heures après son audition par le doyen des juges : Ousmane Sonko donne sa version des faits

0
1220

Le leader de Pastef livre sa version du face-à-face qu’il a eu avec le Doyen des juges d’instruction dans le cadre de l’affaire de « viols répétés » et « menaces de mort » qu’il l’oppose à la masseuse Adji Sarr.  En conférence de presse hier, vendredi 4 novembre, Ousmane Sonko a précisé que cette audition aurait pu durer moins de 15 minutes si ça ne dépendait que du magistrat instructeur qui ne lui a posé que trois questions.

Vingt-quatre heures après son passage devant le Doyen des juges d’instruction, le leader du parti politique Pastef et maire de Ziguinchor a pris la parole hier, vendredi 4 novembre, pour donner les détails de son audition de moins de trois tours d’horloge dans le cadre de l’affaire de « viols répétés » et de « menaces de mort » qui l’oppose à Adji Sarr. Lors d’une conférence de presse tenue à la permanence nationale de Pastef, Ousmane Sonko a commencé par préciser que ce face-à-face aurait pu durer moins 15 minutes si ça ne dépendait que du magistrat instructeur. Car, révèle-t-il, le Doyen des juges ne lui a posé que 3 questions : « acceptez-vous de faire un prélèvement sanguin pour un test d’Adn ? » « Pouvez-vous nous donner le nombre de fois que vous vous êtes rendu sur les lieux (ndlr-salon Sweet beauté) et les heures ? » « Avez-vous eu des relations sexuelles avec la fille ? ». Revenant sur ses réponses, Ousmane Sonko a indiqué avoir dit au magistrat au sujet de la première question qu’il ne se souvient pas du nombre de fois qu’il s’est rendu au salon Sweeet beauté tout simplement parce qu’il n’a pas l’habitude de noter ses déplacements dans un calepin comme le font des policiers enquêteurs.

Poursuivant son propos, le leader de Pastef a assuré, au sujet de la question relative à l’existence ou non des relations sexuelles entre lui et la fille, avoir dit au Doyen des juges de ne plus lui poser ce genre de questions pour sa dignité et son honneur sur un dossier vide truffé de complots. « Je lui ai dit, avec tout le respect que je vous dois, je ne vous permets pas de me poser ce genre de questions. Moi qui aspire devenir président de la République dans 16 mois, je ne vous permets pas de me demander si j’ai eu un rapport avec la fille », a informé le leader de Pastef qui précise avoir catégoriquement refusé de se soumettre au test ADN comme le demande le doyen des Juges sur la troisième question. « J’ai dit au juge qu’avec un tel complot, mal ficelé, vous n’avez rien à mettre sur la table et vous me demandez de donner mon sang, moi, Ousmane Sonko, pour l’amener où ? Pour après venir donner des conclusions qui sortent de nulle part. A moins que vous alliez prendre le sang de Bob Marley mais vous n’aurez jamais mon sang même pas ma salive parce que je ne suis pas aussi idiot », a martelé Ousmane Sonko qui dit s’étonner du fait que le juge ne lui a pas posé aucune question relative aux menaces de mort évoqués dans cette plainte » à l’origine de cette affaire.

Loin de s’en tenir-là, le leader de Pastef a également révélé avoir servi une fin de non-recevoir au substitut du Procureur de la République présent à cette audition lorsque ce dernier a voulu prendre la parole pour l’interroger à la suite des trois questions du doyen des juges. « Je lui ai clairement dit que je ne répondrai pas aux questions du Parquet puisqu’il est l’origine de ce complot monté par l’ancien Procureur Serigne Bassirou Guèye ».

Nando Cabral Gomis

Leave a reply