Viol, mariage force et excision : Kolda cherche à panser ses maux

0
879

La région de Kolda qui fait partie des régions du Sénégal qui enregistre le plus fort taux de grossesses précoces et de mariages forcés est en train de faire des progrès. Ce, grâce à de nouvelles stratégies communautaires pilotées par des jeunes filles pour la réduction de ces cas. C’est dans cette logique que plusieurs clubs de jeunes filles luttent contre les mutilations génitales.

Dans la région de Kolda, ce sont 50 mariages d’adolescents brisés, 45 mariages d’enfants empêchés et 75 cas de mutilations génitales féminines ou excision dénoncée de 2014 à 2021. Des résultats obtenus dans le cadre de la mise en œuvre du programme «new deal» piloté par des clubs de jeunes filles. Ces dernières accompagnées par des pairs-éducatifs et un spécialiste en psychologie ont permis de lutter contre la mortalité maternelle et infantile dans cette zone et augmente le taux de scolarité des jeunes filles dans cette région.

Selon les membres de ce programme, plusieurs activités y sont menées dont des causeries et des formations pour l’autonomisation des filles. «Nous avons 368 clubs de jeunes filles reconnus par leur communauté à Kolda. 11040 filles ont signé le pacte du «new deal». Zéro cas de grossesse enregistré parmi les membres de clubs de jeunes», a souligné Khadiatou Ba.

Le «new deal» est un pacte communautaire qui repose sur un engagement moral entre les clubs de jeunes filles et les parents, marraines de quartier pour un objectif zéro grossesse. A cet effet, les parents aussi s’engagent à ne pas donner leur enfant en mariage avant l’âge de 18 ans.

Un accompagnement phycologie assuré

Au niveau du centre de conseil ADO de Kolda, les victimes sont accompagnées par des professionnels de la santé dont une sage-femme et conseiller psycho-social. «Nous recevons des cas de mariages ou de grossesses précoces, châtiments corporels et d’autres formes de violences que subissent des jeunes en conflit avec leur famille», a renseigné Boubacar Sané, le spycho-social. Et de poursuivre : «nous privilégions la médiation parce que notre premier objectif, c’est de consolider le tissu social».

Avec les autres acteurs de développement comme la boutique de droit et l’Aemo, le centre de conseil ADO, procédé dans la prise en charge des victimes violences d’abord à l’écoute avant de définir la stratégie à adopter.

«Il y a de ces cas qui nécessitent forcément une suite judiciaire. Ça dépend de la gravité du cas. Pour les cas de viol par exemple, on saisit directement la justice. Idem pour les cas de mariages précoces, quand les parents sont radicaux, on interpelle le Procureur qui nous met en rapport avec la gendarmerie», a souligné M. Sané. Et d’ajouter : «l’accompagnement se fait par étapes. Il ne s’agit pas seulement de régler un problème et de refermer le dossier. Il y a un encadrement à deux niveaux : communautaire et scolaires. Nous procédons au suivi. Si l’enfant est élève, nous veillons à ce qu’il reprenne ses études et nous surveillons ses résultats.»

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply