Violences faites aux femmes : un mal endémique

0
104

L’initiative «TOUS UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes », un effort pluriannuel, lancée en 2008 par les Nations Unies, pour prévenir et éliminer la violence faite aux femmes et aux filles dans le monde entier n’y fera rien. Toutes les 11 minutes, une femme ou une fille est tuée par un partenaire intime ou un membre de sa famille. Faisant des violences contre les femmes et les filles la violation des droits humains la plus répandue au monde. Au Sénégal où leur situation n’est guère reluisante, les femmes sont victimes de toutes sortes de violences.

Le système des Nations Unies dédie cette journée du 25 décembre à l’élimination et la violence à l’égard des femmes. Elle marque le début de la campagne internationale «16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre à l’égard des femmes et des filles» dirigée par la société civile et se terminera le 10 décembre prochain, coïncidant avec la Journée internationale des droits de l’Homme. Cette année, le thème mondial de l’édition de cette campagne d’activisme, qui se déroulera du 25 novembre au 10 décembre 2022, sera «TOUS UNiS ! L’activisme pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles !».

Au Sénégal, la célébration de ces deux semaines d’activisme est une tradition, en plus de la journée du 8 mars commémorative des droits des femmes. Cependant, la situation des femmes n’est guère reluisante au pays de la «Teranga». Elles sont victimes de toutes sortes de violence. Souvent, elles finissent par perdre la vie suite à des atteintes physiques. Par exemple, en octobre dernier, une jeune dame a été tuée à Matam parce qu’elle protestait contre les escapades nocturnes de son époux. A Tamba, dans la nuit du samedi au dimanche 26 juin 2022, à Saré Gayo, un homme a tué sa femme en lui assénant plus de cinq coups de couteau.

Les exemples se suivent et se rassemblement. Dans la banlieue de Dakar, il y a de cela quelques semaines,  une sage-femme a trouvé la mort. Son mari a tenté de dissimuler le forfait qu’il a lui-même commis. Le vendredi 21 octobre, au village de Nimzatt dans la commune de Bonna, régiona de Sédhiou, une jeune dame âgée de vingt-deux ans a été admise au Centre hospitalier régional de Sédhiou, avec un pronostic de vie très engagé, pour avoir reçu plusieurs coups de couteaux dans le ventre, le bras et l’avant-bras, de son mari qui lui avait tendu un piège dans les buissons alors qu’elle revenait du puits. Pour avoir demandé le divorce, selon des sources.

Les violences faites aux femmes, c’est aussi des viols qui n’ont pas baissé, malgré leur criminalisation décidée en 2020.  Par ailleurs, les pesanteurs sociales condamnant à plusieurs occasions, la femme au silence, continuent à faire d’elles des victimes qui doivent se taire, en dépit de nombreuses difficultés rencontrées.

Les violences faites aux femmes et aux filles ne sont pas que physiques. Elles sont d’ordre morales, psychologiques, discriminatoire et surtout économiques, etc. En atteste le vécu des femmes au Sénégal, caractérisé par des conditions de vie précaire à cause de faibles revenus. Suffisant pour que le Secrétaire général de l’ONU, dans son message publié à l’occasion de cette journée,  «appelle les gouvernements à augmenter de 50% le financement des organisations et mouvements de défense des droits des femmes d’ici à 2026… Reléguons à jamais la violence contre les femmes et les filles à la place qui lui revient : dans les livres d’histoire».

  1. NDIAYE

Leave a reply