«Visa pour la musique» : Pascal Nampemanla Traoré illumine la Galerie Arte

0
339

La Galerie Arte de Dakar, a réservé ce samedi  et dimanche dernier, un rendez-vous ‘’fou’’ à l’artiste plasticien Pascal Nampemanla Traoré. Cette exposition de 15 œuvres, baptisée «visa pour la musique», était une occasion pour l’artiste, de présenter au grand public, les beaux textes de quelques grandes figures du jazz, reproduites en tableaux.

Le décore était mitigé de couleurs, avant hier à la Galerie Arte de Dakar. Du noir au blanc en contemplant le jaune mélangé avec du bleu ou du rouge, les 15 tableaux tamponnés de divers couleurs, par le plasticien ivoirien Pascal Traoré au rythme de la musique, sont techniquement d’une ‘’foisonnante richesse’’.

‘’C’est la première fois au Sénégal que je vois quelqu’un qui a cette technique. En plus, il a créé lui-même les tampons’’, a déclaré la directrice de la galerie Arte, Joëlle Le Bussy.

Qui ne croirait pas, que la peinture peut être traduite, comme la musique, comme les objets, comme tout ce qui n’appartient pas au langage. Parce que, selon Claire Lanark, une artiste plasticienne française et membre du collectif de la galerie, il y a de la sensation et de l’émotion qui en découle sur la nature des œuvres.

‘’Ce que je ressens, c’est la joie de vivre à travers la musique et ça fait du bien. Et on sent aussi que ces portraits résument les sens de cette joie de jouer et de transmettre un art musical à travers un art’’,  a-t-elle décrit. Avant d’ajouter : ‘’en tant qu’artiste je ressens une dimension émotionnelle aussi bien dans les expressions des artistes musiciens que dans la réalisation classique technique avec les couleurs, avec le système des tampons qui donne en fait des expressions très vivantes pour faire ressortir bien les visages des fonds. Je pense qu’il y a beaucoup d’originalité dans les expressions’’.

En revanche Pascal Traoré, la star de l’exposition et habillé humblement d’une simple combinaison bleu, voit que les textes musicaux qu’il contemple,  lui procurent autre que l’inspiration. ‘’La musique est la plus belle chose qui puisse arriver à un humain. Même, à toute vie, les animaux et les plantes vivent de la musique. Tous vivent de la musique et il y a des parties musicales qui permettent d’être en connexion avec tout élément de la nature ‘’ a-t-il expliqué.

‘’La musique est la couleur de l’esprit ‘’

L’art pour l’art est beau mais l’art pour le progrès est encore beaucoup plus important. Si on croit, aux paroles du poète romantique Victor Hugo, une œuvre d’art devrait se bâtir dans l’engagement ou divulguer un message. Ce qui n’a pas échappé à Pascal Traoré. Qui, derrière la beauté visuelle de ses tableaux, interpelle sur l’utilité. Par exemple, selon l’auteur le tableau dédié au musicien Miles Davis, a un ‘’regard captif‘’. Avant d’expliquer à travers l’harmonie et la douceur que ‘’ce regard est pour tout ce qui ont compris la pochette de son album Blue in green. Donc, il y a un travail esthétiquement et un travail photographique derrière parce qu’il y a des photos iconiques comme celle de Guevara. C’est la même chose sur cette photo de Mike’’.

Un des visiteurs, photographe de métier, déclare avoir aimé le tableau réalisé pour Myriam Makela. Cette réalisation teintée au premier plan sur un papier léger aux couleurs du noir et du blanc, joue un rôle témoin de la vie d’artiste musicien. Dans ses explications Dominique Le Coq en décrit un message entre tristesse et souffrance. ‘’On sent toutefois sa vie difficile dans sa trajectoire d’artiste. Elle a perché tardivement dans sa vie. Et c’est grâce à son art qu’elle a vécu et voyager à travers le monde et tout ça, on le ressent dans le tableau‘’ a-t-il dit. Pascal Nampémanla Traoré est diplômé de l’Ecole Nationale des Beaux-arts d’Abidjan, après une dizaine d’années passées dans l’univers de la publicité, Pascal Nampémanla Traoré décide de se consacrer entièrement à l’art.

MATAR CISSE (STAGIAIRE)

Leave a reply