Yewwi Askan Wi indexe les autorités administratives, suite à la cascade de rejets de ses listes de candidats aux locales

0
272

Après les rejets en cascade de certains dossiers de la coalition Yewwi Askan Wi, notés un peu partout dans l’étendue du territoire national, les leaders de ladite coalition sont montés au créneau pour dénoncer ce qu’ils qualifient de forfaiture. Et les auteurs de ces forfaitures ne sont rien d’autre, selon ces leaders, que les autorités administratives territoriales. A cet effet, ils entendent déposer des recours dans toutes les cours d’appels qui couvrent les zones où ces rejets on été notifiés. Ils l’ont annoncé avant-hier, samedi 6 novembre 2021, à l’occasion d’un point de presse.

Pour aller à la conquête des suffrages des populations pour le compte des élections municipales et départementales, la coalition Yewwi Askan Wi a investi des candidats dans les 6 villes du Sénégal, tous les départements du Sénégal, dans 520 sur 553 communes, soit 95%. Cependant, force est de constater que bon nombre des dossiers de la coalition ont été rejetés par les autorités administratives territoriales, à travers le territoire national.

« Vous avez tous suivi avec nous ce qui s’est passé récemment sur l’étendue du territoire national concernant la coalition Yewwi Askan Wi, les rejets massifs de ses listes dans pas mal de communes et dans pas mal de départements du pays. Le cas le plus inquiétant est le cas du département de Matam. Vous savez que le mandataire qu’on avait là-bas, a rejoint la majorité le dernier jour de délai de dépôt des listes », a expliqué Déthié Fall, président du PRP, non moins mandataire national de la coalition Yewwi Askan Wi.

En effet, poursuit-il, « informé quelques heures voire quelques jours avant son rapprochement avec des responsables de l’APR, nous leaders, après concertation, nous avions pris toutes les dispositions de son remplacement et du remplacement de tous les mandataires communaux du département et une liste avait été envoyée le 2 novembre 2021 au préfet par mail, pour lui notifier la relation et le remplacement de la liste originelle par celle-là que je venais de vous envoyer. Malheureusement, cette information n’a pas été répercutée dans les sous-préfectures du département ».

Mieux, ajoutera le mandataire national de Yewwi Askan Wi, « j’ai pris le soin avec mes équipes d’envoyer individuellement les mandataires nouvellement désignés, leurs lettres d’accréditation et ils se sont présentés dans les sous-préfectures avec ces lettres, mais ont reçu le niet catégorique des autorités administratives déjà de les recevoir dans les services des sous-préfectures, mais également les liste de Yewwi Askan Wi ».

Déthié Fall, mandataire national de Yewwi : « Hors de question de laisser cette forfaiture passer »

Le même cas a été noté, souligne le président du PRP, membre de Yewwi Askan Wi,  à « Sam notaire et à Golf Sud, dans le département de Guédiawaye, où les rejets sont en train d’être notifiés. C’est la même chose que nous avons notée à Pikine, à Mbour, à Kaffrine, à Gorée, à Foundiougne, à Saint-Louis, à Médina Yoro Foulah, la liste est loin d’être exhaustive ».

Par conséquent,  relève M. Fall, « nous avons déposé hier (vendredi-ndlr) un recours au niveau de la Cour d’appel de Saint-Louis, pour suivre ce problème, parce que pour nous, il est hors de question de laisser cette forfaiture passer ». Et de poursuivre : « Si vous regardez, partout où ces problèmes se sont posés, vous verrez derrière un grand leader de l’APR, qui est soit candidat ou responsable politique dans cette zone là. Pour dire que tout ceci est orchestré par le président de la République, Macky Sall ».

Et de rappeler : « pourtant tout le monde sait que cette opposition est une opposition expérimentée qui a l’habitude d’organiser les élections et tous les motifs de rejet évoqués ne sont pas valables, d’autant plus que les dispositions ont été prises par nos mandataires pour corriger ces motifs fallacieux dans les délais prévus par la loi. Parce que nous avons 48 heures, s’il y a des compléments à faire, de pouvoir le faire ». Avant de réitérer : « aujourd’hui, nous avons reçu ici à 11 heures, les avocats de la coalition, nous avons discuté avec eux. Et nous avons 72 heures de délai franc donc jusqu’au lundi pour déposer tous les recours dans toutes les Cours d’appels qui couvrent ces zones où ces difficultés ont été notées ou tout simplement ces sabotages ont été recensés».

Même son de cloche chez Cheikh Tidiane Youm, du PUR, par ailleurs membre fondateur de la coalition Yewwi Askan Wi, qui parle de la gravité de la situation : « vous conviendrez avec nous que la situation est devenue très grave. Pour la première fois, à la veille des élections locales, nous assistons à de multiples forfaits bien organisés par l’autorité centrale à travers les autorités de l’administration territoriale. Et tout cela a un soubassement, le troisième mandat. Dans certaines communes du territoire national, nous avons assisté à une cascade de rejets des listes de la coalition Yewwi Askan Wi. Et, il s’agit simplement des listes de la coalition Yewwi Askan Wi, pas d’autres », fulmine le coordonnateur du Parti de l’unité pour le rassemblement (PUR).

Avant de se questionner dans la foulée : « Qu’est-ce que nous pouvons comprendre de cette situation ? Aujourd’hui, un certain nombre de préfets et de sous-préfets montrent au grand jour leur appartenance à la coalition au pouvoir. Ils rejettent des dossiers sans pour autant les consulter, mais ils ciblent  en particulier les dossiers de la coalition Yewwi Askan Wi. Ils ont peur. Et c’est cette peur qui se manifeste par ces rejets ciblés ici, à Dakar, à Pikine, à Mbour et un peu partout à travers le territoire national ».

« C’est louche, c’est suspect », dixit Khalifa Sall

Prenant la parole pour sa part, Khalifa Sall de Taxawu Sénégal, membre de la coalition se demande : « comment comprendre que nous puissions avoir des rejets et des difficultés et que les autres n’en n’ont pas ? C’est louche, c’est suspect. Alors, la loi a allégé les choses de telle sorte tout le monde puisse participer. D’autant plus que la loi permet  même un membre de coalition d’aller regarder les listes adverses». Avant d’inviter les militants et militantes d’aller vers les préfectures vérifier les listes : « il faut envahir les préfectures et les sous-préfectures ». Toutefois, prévient-il : «  Les actions que nous comptons mener, c’est de poursuivre tous les préfets, sous-préfets et agents administratifs qui vont être mêlés à ce complot». Ainsi, pour rappel, en ce qui concerne les zones où ses dossiers ont été rejetés, la coalition Yewwi Askan Wi a dit avoir recensé des localités comme Matam, Gorée, Foundiougne département, Golf Sud, Kédougou Commune, Pikine Ville, Tivaouane Peulh, Kaffrine département, Sandiara, Sabodala, Khossanto, Saint-Louis département, Gandon.

INVALIDATION DES LISTES DE YEWWI

Ousmane Sonko dit niet

 « Ce n’est pas quelque chose que la coalition Yewwi Askan Wi pourra accepter. Car chaque commune est importante pour nous. Ce qui fait que nous avons usé de tous les moyens pour nous investir dans toutes les localités. Ce que le gouvernement est en train d’ourdir, de comploter, nous ne l’accepterons pas. Et il n’est pas donné aux sous-préfets et préfets d’invalider une liste », a souligné Ousmane Sonko. Par ailleurs, invitant Barthélémy Dias à ne pas déférer à la convocation de la Cour d’appel dans le cadre de l’affaire Ndiaga Diouf, Ousmane Sonko a invité à se mobiliser pour faire face à la «dictature». 

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE) & MD

Comments are closed.