Zéro-Covid en Chine: la colère gronde dans les campus, les manifestations se multiplient

0
1772

La colère gronde en Chine, où de nombreuses manifestations ont eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche 27 novembre, suite à un incendie meurtrier qui a causé la mort de dix personnes confinées dans leur immeuble à Urumqi. Les étudiants de plusieurs universités protestent contre les excès de la politique sanitaire.

« Vive le peuple, que les morts reposent en paix ! », scandent les étudiants de l’Institut de la communication et des médias de Nankin. À Pékin, les élèves ont accroché des masques bleus tachés à l’encre rouge sur les rampes des escaliers de l’Académie du cinéma. À l’Université agricole d’Harbin, des messages en caractères rouges sont scotchés derrière les vitres des dortoirs : « sans liberté, nous préférons la mort – hommage silencieux aux victimes d’Urumqi ».  

Recueillement également à Xi’an, ou encore à Wuhan, où les étudiants de l’Université des technologies de la capitale du Hebei ont posé des bougies sur le sol formant les chiffres 11.24, en mémoire là encore de la tragédie de ce jeudi 24 novembre, quand les flammes se sont propagées du 15ᵉ au 17ᵉ étage d’un immeuble d’habitation de la capitale du Xinjiang, tuant 10 personnes et faisant 9 blessés.

Jeunesse fatiguée

Selon l’enquête initiale, l’incendie aurait été déclenché par une multiprise dans une chambre d’un appartement au 15ᵉ étage. Les médias d’État ont affirmé que le bâtiment était classé en zone à faible risque Covid et donc non confiné. Mais un habitant a déclaré à la BBC que « les résidents n’étaient autorisés à quitter leur domicile que pendant de courtes périodes chaque jour et que ces sorties étaient contrôlées par les autorités. » Et des vidéos publiées en ligne ont montré des travailleurs enlevant des clôtures près du complexe devant des camions de pompiers attendant pour intervenir. Ces images ont beaucoup circulé, notamment sur la plateforme de vidéos partagées Douyin, suscitant une émotion sur les réseaux sociaux proche de celle qui avait suivi la mort du docteur Li Wenliang, il y a deux ans, réveillant une jeunesse fatiguée des confinements à répétition sur les campus.

Les hommages sont pour la plupart silencieux en raison de la censure et des risques encourus. En 2011, lors du printemps arabe, des appels à « marcher en silence » avaient été lancés dans les mégalopoles de Chine, cette fois les étudiants de Nankin restent debout et immobiles comme des statues en tenant des feuilles blanches, comme lors des manifestations en Russie après l’invasion de l’Ukraine.

Slogans contre la direction du PCC

Des feuilles blanches brandies également par quelques dizaines de manifestants dans la rue d’Urumqi à Shanghai, avec des bougies invitant à « respecter les morts d’Urumqi ». Les images ont inondé la messagerie WeChat. Ces derniers ont alors été rejoints après minuit par d’autres protestataires, dont certains sont restés jusqu’à l’aube à entonner des slogans contre les excès de la politique zéro-Covid et contre la direction du Parti communiste chinois, dans ce quartier jeune et branché de la capitale économique du pays.

Un millier de personnes étaient présentes, rapporte le correspondant des Échos à Shanghai, parmi les premiers journalistes arrivés sur place, devant de nombreux policiers en jaunes, apparemment impassibles. Chacun attend maintenant la réponse des autorités. Certaines universités de Pékin, probablement pour éviter que le mouvement prenne de l’ampleur, ont décidé de renvoyer leurs étudiants dans leur famille pour des vacances très anticipées puisque les vacances du nouvel an lunaire commencent fin janvier cette année. « Il y a trop de gens à punir, vous feriez mieux de relâcher la pression sanitaire », écrivait ce matin un internaute.

Leave a reply