Ziguinchor : le gouvernement invité à consolider l’accalmie en Casamance

0
169

(APS) – L’association régionale des femmes pour la recherche de la paix en Casamance dénommée “Kabonketoor” (se pardonner mutuellement, en français), a invité, mercredi, le gouvernement à consolider l’accalmie notée dans la partie Sud du pays par des actes économiques et sociaux.

”Aujourd’hui, par rapport à la paix en Casamance, nous avons vu qu’il y a des avancées. Cet embryon de paix que nous vivons aujourd’hui doit être consolidé par des actes économiques, sociaux et de réconciliation”, a déclaré la coordonnatrice de l’association ”Kabonketoor”, Ndèye Marie Sagna lors d’un point de presse.

”Aujourd’hui, nous assistons au retour des populations. Et, ces populations vivent parfois des situations difficiles. Et, pour cela, Kabonketoor qui a l’habitude de travailler pour la paix et la sécurité appelle les nouveaux gouvernants à assister ces populations de retour et améliorer leurs conditions de vie pour qu’ensemble nous puissions arriver à rétablir la paix de façon définitive en Casamance”, a insisté Mme Sagna.

Elle a rappelé que l’association créée en 1999 a pour but de rechercher la paix et de trouver des solutions à la crise en Casamance et d’amener les populations et l’État du Sénégal autour d’une table pour négocier.

”Notre rôle c’est d’apaiser. Nous devons arriver à ce que nous puissions apaiser le climat social”, a ajouté Mme Sagna.

Parlant des perspectives du nouveau bureau de son association, Ndèye Marie Sagna a fait savoir que Kabonketoor intervient dans les domaines de la paix et de la sécurité, de la réconciliation et de la réinsertion.

L’association va également lutter contre les inégalités de genres et les violences faites aux filles et aux femmes.

”Nous allons œuvrer pour l’autonomisation des femmes et des jeunes, pour le leadership féminin, pour la gestion durable des ressources naturelles et pour l’accès des femmes au foncier”, a-t-elle promis.

Elle en outre invité le gouvernement à aider les populations à moderniser l’agriculture et à travailler au mieux pour que tout le monde puisse accéder à des machines.

”Nous voulons que tout le monde se retrouve dans ce renouveau. Les jeunes se sont battus pour un changement. Il faut qu’ils se retrouvent dans ce changement”, a souhaité Mme Sagna, appelant les organisations de la société civile à unir leurs forces et travailler pour le développement de la Casamance.

La Casamance, séparée du nord du Sénégal par la Gambie, est le théâtre d’un des plus vieux conflits d’Afrique depuis que des indépendantistes ont pris le maquis après la répression d’une marche en décembre 1982.

Après avoir fait des milliers de victimes et ravagé l’économie de cette région, le conflit a continuellement baissé en intensité.

Il y a deux ans environ, l’armée nationale avait mené des opérations d’envergure pour neutraliser les principales bases rebelles, renforçant ainsi l’accalmie notée dans cette partie du pays et favorisant le retour des personnes déplacées dans leurs villages d’origine.

En mai dernier, au moins, 250 combattants du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) ont acté samedi le dépôt de leurs armes lors d’une cérémonie organisée à Mongone, une localité du département de Bignona, qui abritait par le passé une importante base du mouvement irrédentiste.

Leave a reply