«Mentalement on a répondu présent », Sadio Mané après la victoire contre le Burkina (3-1)

0
787

Sadio, pouvez-vous revenir sur le du but que vous avez inscrit. On a l’impression que c’est le même scenario du but que vous avez marqué au stade du 4 aout face à cette même équipe du Burkina Faso, en éliminatoires de la Coupe du Monde 2018…

(Rires). Vous avez une bonne mémoire. Je ne m’en rappelle plus. Personnellement, j’ai essayé de faire de mon mieux à chaque match. Aujourd’hui, nous avons affronté une bonne équipe Burkinabé qui nous a causé pas mal de problèmes.  On s’attendait à un match très difficile et ça été le cas. Mais, bon, on a su garder notre clame et on a été mature dans le jeu en se créant pas mal d’occasions de but. Je crois qu’on méritait de gagner ce soir. 

Comment avez-vous vécu ce match formidable que vous avez remporté ? 

Honnêtement, je pense que nous sommes très contents d’être à ce stade de la compétition. Je suis personnellement fier et content pour tout le groupe qui tire dans le même sens. Je suis aussi content pour mon pays. Nous avons bien joué ce soir mais on sait aussi que le début n’état pas du tout facile mais, on a été compact et le plus important aujourd’hui, c’était la victoire. 

Quel adversaire comptez-vous affronter pour votre deuxième finale consécutive ? 

Si, nous sommes à ce stade de la compétition, ça veut dire que nous sommes sur une bonne lancée. Il n’est pas évident de jouer deux finales de CAN de suite. Cela n’est pas arrivé au Sénégal auparavant. Aujourd’hui, tous les sénégalais savent que le plus important pour nous est d’aller au bout et gagner ce trophée. Après, on n’a pas de préférence par rapport à l’équipe qui se dressera devant nous. On croisera peut être l’équipe qui sera facile à battre à mon avis. 

Est-ce le signe d’une grande maturité de l’équipe du Sénégal qui s’est imposée physiquement et mentalement après l’heure de jeu ? 

On a beaucoup bossé depuis le début de cette compétition. De Bafoussam à Yaoundé, on n’a rien lâché. On n’a jamais cessé de travailler et en un moment donné, on savait qu’on allait aux prolongations. Ça pouvait se décider pendant les 90 minutes aussi. Maintenant, dans ce genre de match, pendant les 75 premières minutes, il faut rester costauds et je pense que ça été le cas. On a su démontrer que physiquement on est là. Tant mieux parce que mentalement aussi on a bien répondu présent. 

(ITW réalisée par ITV)

Comments are closed.