Hausse des prix de produits de consommation : Macky, au défi d’investir sur le capital humain

0
660

Deux ans après sa réélection, le régime du président Macky Sall fait actuellement face à un véritable défi. En effet, sa position actuelle entre l’enclume d’une hausse généralisée des prix de consommation et le marteau d’une ambition d’investir sur le capital humain, ne lui laisse pas beaucoup de possibilités.

Le chef de l’Etat, Macky Sall, est-il rattrapé par les conséquences de ses choix politiques dans le domaine de la gouvernance économique à la fin de son premier mandat? En effet, deux ans après sa réélection dès le premier tour pour un second mandat, le chef de l’Etat qui avait pourtant promis aux Sénégalais un mieux-être avec la deuxième phase du PSE sur la période 2019-2024, semble aujourd’hui dépasser par l’inflation qui a fini d’infecter tous les secteurs de l’économie nationale. Sur le marché, les Sénégalais font face depuis quelques temps à un enchainement des mesures d’augmentation des prix des produits de consommation courante dont le riz, l’huile, le sucre, le pain entre autres. Et parallèlement à cette hausse des prix de denrées de première nécessité, on a également noté une augmentation vertigineuse dans le système de tarification de certains services publics comme l’eau et l’électricité dont les factures ont presque triplé entre 2019 et 2021.

Le prix du carburant est également passé de 695 F à 775 F pour le super et de 595 à 655 F CFA pour le Gasoil. Dans le secteur Bâtiments et travaux publics (Btp), la tonne de ciment est passée de 60 000f à environ 67 000f aujourd’hui et celui du sable de 30 000F à 40 000f pour le camion de 8 mètres cube. Il faut souligner que l’augmentation du prix de la tonne du ciment a fait suite à l’annonce faite par le Chef de l’Etat lui-même de l’instauration d’une taxe sur le ciment afin de faciliter l’accès au logement, lors de la cérémonie de remise de cahiers de doléances des syndicats, le mercredi 1er mai 2019. S’agissant du secteur de l’immobilier, l’explosion des prix du loyer provoquée par la Loi sur la baisse du loyer s’est aggravée. Aujourd’hui, difficile pour un Sénégalais lambda de trouver une chambre à 25 000 F dans le périmètre départemental de Dakar. Pendant, ce temps, les appartements et autres studios sont hors de portée. Face à cette situation, on est tenté de se demander si ce régime n’a pas définitivement tourné le dos à sa politique sociale décrétée en 2018.

NANDO CABRAL GOMIS

Sur le même dossier : Diourbel / Les ménages à bout de souffle interpellent l’État

Sur le même dossier : Hausse généralisée du prix des denrées, du loyer, de l’électricité et de l’eau : Une pilule mal digérée par les ménages

Sur le même dossier : Renchérissement des denrées de première consommation : A l’heure de la survie !

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :