Coopération France-Sénégal : Amadou Bâ passe en revue le portefeuille de ses projets

0
500

Dans le cadre de la réunion de suivi de la 5e édition du Séminaire intergouvernemental franco-sénégalais tenue hier, jeudi 7 décembre à Paris, le Premier Ministre Amadou Ba a eu une importante séance de travail avec  Bruno Le Maire, Ministre français de l’Économie des Finances et de la Souveraineté Industrielle et Numérique.

Selon une note d’information qui nous est parvenue, le Premier Ministre Amadou Ba a profité de cette  rencontre pour évoquer les termes de coopération  financière entre la France et le Sénégal. Plusieurs projets phares du portefeuille de la France inscrits au PSE ont fait l’objet d’une mise en œuvre satisfaisante : le projet KMS3, le programme d’appui aux communes et agglomérations du Sénégal (PACASEN), le PROMOGED, le Projet d’Appui à la Valorisation des Initiatives Entrepreneuriales des Femmes et des Jeunes (PAVIE/FJ), le Programme de Développement Économique local et de Transition Agro- Écologique (DELTA), la dépollution de la Baie de Hann, le projet de renouvellement du collecteur de HANN, Programme d’urgence, d’assainissement urbain et d’aménagement intégrée de la voirie primaire et des réseaux divers du pôle de Diamniadio, le projet de construction de 18 ponts et autoponts, le projet de construction de l’Hôpital Le Dantec, le TER, entre autres. A l’occasion de cette rencontre, rapporte la source,  les perspectives à court terme de la coopération avec la France ont été abordées avec un focus sur le projet de résilience des écosystèmes du Ferlo (PREFERLO) et le projet de construction de l’autoroute Dakar-Tivaouane–Saint-Louis. Mais aussi le suivi du Programme d’appui Budgétaire de l’AFD « pour la stabilisation macroéconomique » du Sénégal de 150 millions d’euros, soit 98,4 milliards FCFA approuvé en juillet 2023 et destiné à soutenir le Programme économique et financier appuyé par le FMI. Relativement au Train express Régional, le bouclage financier de la 2ème phase du TER est effectif avec les derniers financements accordés par la BID, la BADEA et la BOAD. A ce titre, les discussions ont porté sur les contraintes soulevées lors de l’exécution de la première phase du projet. Et le Gouvernement s’est engagé à apporter des éléments de réponses pour consolider ce fleuron du partenariat franco-sénégalais. Pour rappel, lors de la réunion du groupe consultatif pour le Sénégal de Paris en décembre 2018, une enveloppe de 1,5 milliards d’euros, soit 984 milliards de FCFA avait été annoncée par la France en termes de nouveaux engagements pour l’appui au financement du deuxième Plan d’Actions Prioritaires (PAP2) du PSE (2019-2023).

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply