Cop26 – Réunion mondiale sur l’adaptation : L’Afrique tient son plus grand sommet climat

0
147

En attendant l’issue des négociations qui se poursuivent, des dirigeants de pays africains et du monde se sont réunis, mardi dernier à Glasgow, pour le plus grand sommet consacré à ce jour à l’adaptation au climat, en marge de la COP26. Il s’est agi de l’Accélération de l’adaptation en Afrique. Ce sommet a exhorté le monde à renforcer son soutien au continent africain, qui doit s’adapter aux effets néfastes du changement climatique, notamment à ses conséquences humaines dévastatrices.

Pourtant, l’Afrique qui compte environ 1,3 milliard d’habitants, soit 17% de la population mondiale, a la plus faible empreinte carbone individuelle, inférieure à la moyenne mondiale. Le continent africain n’est responsable que de moins de 4% des émissions mondiales de Gaz à effet de serre (GES). Par contre, il est directement confronté à l’impact des changements climatiques : sécheresses, inondations auxquels il faut ajouter les risques pour la sécurité alimentaire ou sanitaire des populations.

Autant de facteurs de déstabilisation des équilibres régionaux qui peuvent conduire à d’importants déplacements de population. Et Madagascar en est un exemple : dans la grande ile, 1,3 million de personnes vivent en situation de détresse alimentaire après un cumul de quatre années sans pluie. La situation de Madagascar a été présentée comme la première sécheresse due au changement climatique.

Le président Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo (RDC), président en exercice de l’Union africaine (UA) qui présidait l’événement a souligné que les pays africains se sont engagés à apporter un financement de six (06) milliards de dollars en faveur de l’adaptation au changement climatique dans le cadre de leurs Contributions déterminées au niveau national (CDN). Il a appelé le reste du monde à réunir les 27 milliards de dollars supplémentaires dont l’Afrique a besoin chaque année.

«Le financement de l’adaptation qui est alloué à l’Afrique est nettement insuffisant par rapport aux énormes ressources dont le continent a besoin pour s’adapter au changement climatique», a déclaré le président Tshisekedi. «C’est pourquoi les pays africains, en collaboration avec le Centre mondial pour l’adaptation, la Banque africaine de développement et d’autres partenaires, ont lancé le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique (PAAA). Ce programme est au cœur des besoins de l’Afrique en matière de changement climatique. Il appartient à l’Afrique et est piloté par l’Afrique. Les nations africaines l’ont approuvé comme étant le mécanisme privilégié pour déployer le financement en faveur de projets d’adaptation en Afrique.»

UN PROGRAMME D’ACCELERATION DE L’ADAPTATION EN AFRIQUE, POUR TOUCHER 40 MILLIONS D’AGRICULTEURS

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi A. Adesina de marteler que «Le Programme d’Accélération de l’Adaptation en Afrique change la donne pour l’Afrique en lui permettant d’obtenir des résultats et de produire des effets sur l’adaptation, rapidement et à grande échelle. Il permettra à 30 millions d’agriculteurs de bénéficier de conseils en matière de climat à travers des services numériques. Le programme “Technologies pour la transformation de l’agriculture africaine”, soutenu par la Banque africaine de développement et la Fondation Bill et Melinda Gates, a déjà fourni des technologies résilientes au climat à 11,2 millions d’agriculteurs en deux ans seulement.»

Selon lui, «avec le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique, nous prévoyons toucher 40 millions d’agriculteurs. Nous comptons aider les agriculteurs à produire 100 millions de tonnes métriques de nourriture, ce qui sera suffisant pour nourrir 200 millions de personnes et réduire la faim de 80%», a ajouté le président Adesina.

M. Patrick Verkooijen, PDG du Centre mondial pour l’adaptation (GCA) qui était le modérateur du sommet, a souligné le besoin urgent d’une accélération de l’action d’adaptation climatique à travers le continent. «La COP26 doit tenir les engagements de Paris, a-t-il affirmé.  Nous sommes en train d’échouer si nous manquons à nos obligations envers l’Afrique. Nous devons apporter plus d’ambition et plus de financement pour aider l’Afrique à s’adapter au rythme d’une urgence climatique qui dévaste le continent avec des conséquences de plus en plus graves pour les plus pauvres et les plus vulnérables au monde», a soutenu le PDG du GCA.

Pour sa part, le président de la COP26, Alok Sharma, a annoncé un nouveau financement de 197 millions de dollars du gouvernement britannique pour l’adaptation en Afrique. Sur ce montant, 27 millions de dollars soutiendront la facilité en amont du Programme d’Accélération de l’Adaptation en Afrique. Il permettra de fournir une assistance technique et de constituer un paquet de projets susceptibles d’être financés. Ces mesures devraient permettre d’attirer près de 1,2 milliard de dollars de financements pour l’adaptation au climat en Afrique, a dit M. Sharma évoquant la prise d’autres mesures.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, a également révélé un nouveau financement du gouvernement américain pour l’adaptation au climat. Il a indiqué que le président Joe Biden travaillerait avec le Congrès américain pour consacrer trois (03) milliards de dollars par an au financement de l’adaptation d’ici à 2024. Cet engagement est le plus important que les États‑Unis aient jamais pris pour réduire l’impact du changement climatique dans les régions du monde les plus menacées.

I.DIALLO

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :