Crise de l’école sénégalaise : le COS/M23 invitent les acteurs à se faire violence pour sauver les meubles

0
273

La situation que traverse actuellement l’école sénégalaise, notamment la grève des syndicats d’enseignants, avec parfois des mouvements d’humeur des élèves qui réclament des solutions, sans oublier le statuquo noté dans les négociations avec l’État, n’a pas laissé de marbre la Commission orientation et stratégie (COS/M23). Dans une note rendue publique ce jour, mardi 15 février 2022, Abdourahmane Sow, coordonateur du COS/M23 et compagnie qui constatent une « situation plus qu’alarmante et dégradante de l’école sénégalaise« , lancent une invite en direction des parties prenantes.

« La COS/M23 lance un solennel appel à l’endroit des acteurs clés de cette dualité latente, pour un sursaut aux effets salutaires à l’école sénégalaise. Aussi bien l’Etat du Sénégal, que le corps enseignant, doivent se faire violence pour sauver les meubles et permettre la reprise et le bon fonctionnement des cours ».  

Abdourahmane Sow et ses camarades n’ont pas manqué de mettre dos à dos l’État, pour le non-respect des engagements pris depuis fort longtemps, et les syndicats d’enseignants, pour la posture jusqu’au-boutiste adoptée.

« Tout en pointant du doigt l’Etat du Sénégal, quant à ses responsabilités dans cette crise, qui depuis des décennies perturbe l’agenda scolaire, par le non-respect des engagements pris avec le corps enseignant sur leur plateforme revendicative, la non priorisation du problème dans les politiques et dépenses publiques entre autres manquement, la COS/M23 indexe de la même manière, la posture rigide et catégorique des enseignants.

Invitant les uns et les autres à plus d’efforts et de concessions en vue de sauver l’année scolaire déjà catastrophique, a par ailleurs exigé de l’État « de veiller au respect des engagements pris avec le corps enseignant, dans le cadre l’amélioration de l’environnement scolaire et le respect de leurs droits socioprofessionnels. De mettre fin aux pratiques de politiques politiciennes qui en fin de compte, créent toujours la rupture de confiance et mène ce pays au chaos« .

J M D

Comments are closed.