Crise scolaire : L’appel de la CNTS/FC

0
441

La crise qui secoue actuellement le secteur de l’éducation ne laisse pas indifférente la CNTS/FC. Dans une déclaration rendue publique hier, vendredi 11 février, la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal – Forces du changement qui exprime « toute sa préoccupation quant au développement de la crise et en appelle à un sursaut national pour son dépassement », a fait des recommandations pour une sortie de crise.

« Elle préconise l’implication concertée des centrales de la coalition, de la COSYDEP et autres acteurs pour : une focalisation du gouvernement sur cette question qui doit être érigée en priorité, tenant compte des enjeux et de l’urgence; une harmonisation/formalisation des propositions de la partie syndicale que nous encourageons à œuvrer résolument pour une unité d’actions qui accroitrait leur efficacité ; la convocation dans les plus brefs délais d’une rencontre d’échanges et de négociations sur la base d’une proposition de sortie de crise du gouvernement et de contreproposition harmonisée des syndicats », rapporte le document.

A en croire la CNTS/FC, « il est nécessaire de sortir rapidement de la crise, mais aussi que les solutions envisagées soient durables, car pertinentes, justes, équitables et prenant en compte les questions spécifiques au corps de contrôle et aux décisionnaires ». Mieux, elle « invite tous les acteurs à s’engager dans cette voie et au gouvernement d’encourager cet effort et réaffirme son engagement à œuvrer sans relâche à cette fin ».

Dans sa déclaration sur la crise scolaire, la CNTS/FC indique que la « crise semble être l’expression d’un profond malaise des travailleurs de ce secteur ; mais aussi un signal fort envoyé à tous les acteurs pour aller dans le sens d’une stabilisation du secteur de l’éducation dans la durée, compte tenu de l’impact négatif sur les enseignements apprentissages et sur les rendements du système ». 

Parmi les causes évoquées, elle dit retenir « le profond malaise des travailleurs du secteur qui perçoivent à travers la prise en charge inefficace du passif des différents protocoles et les écarts salariaux injustifiables au regard de la loi 61-33 du 15 juin 1961 relative au statut général des fonctionnaires ».

M DJIGO

Comments are closed.