Dépénalisation de l’homosexualité : Le refus ferme du président Macky Sall 

0
172

Le président de la République, Macky Sall, en recevant les Imams et Oulémas du Sénégal hier, jeudi 27 janvier 2022, a fait une nouvelle sortie sur l’homosexualité en réaffirmant sa ferme volonté de ne point laisser prospérer la pratique.

«Il y a beaucoup de pays qui font la promotion de la dépénalisation de l’homosexualité. Ce que j’ai dit sur la question, devant le président américain, Barack Obama, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau et devant l’Union européenne, est clair. Tant que je serai à la tête du pays, l’homosexualité ne sera jamais autorisée. C’est inspensable. On ne peut pas aller au-delà de cette déclaration». 

Macky SALL, président Sénégalais

Mieux, pour Macky Sall, le débat sur cette légalisation de l’homosexualité devrait être dépassé.  «Le sujet devrait être clos. Je ne sais pourquoi à la vielle d’une élection on accuse l’Etat de ne pas vouloir criminaliser l’homosexualité avec des peines sévères. Or, la position de l’Assemblée nationale est motivée juste par le constat que  la position étatique sur la question est déjà ferme».

Le chef de l’Etat s’indigne, toutefois, qu’une volonté supposée de l’Etat d’autoriser l’homosexualité soit agitée à tort, en y impliquant des autorités religieuses. «Je n’aurai pas à redire si la question, si elle était seulement agitée par les politiques. Mais l’implication de guides et autorités religieuses à qui on a fait un mauvais procès de l’Etat, pour qu’il s’en suive des prêches lors des prières hebdomadaires du vendredi  dénigrant l’Assemblée nationale et les institutions de la République, est anormal», regrette-t-il. 

L’Etat est ferme sur sa position ; d’où l’inopportunité des manifestations et autres rassemblements de désapprobation de la pratique, conclut-il. «On ne peut pas comprendre que la question de l’homosexualité soit une invite à la violence, à la manifestation. On doit éviter d’arriver à un stade».

Pour rappel, suite au rejet de la proposition de loi demandant la criminalisation de l’homosexualité par l’Assemblée nationale, le mercredi 5 janvier 2022, des voies s’étaient élevées contre les autorités étatiques. Même des Khalifes généraux ont mis en garde contre toute volonté de l’autorité qui permettrait une prolifération de la pratique, définie comme «acte contre nature» dans les dispositions actuelles du Code pénale qui punit l’homosexualité de peines connues.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :