Embargo contre le Mali : Plus de 600 milliards de Fcfa de pertes pour le Sénégal 

0
341

La fermeture des frontières du Mali avec les pays  membres de la Cedeap a d’énormes impacts sur l’économie sénégalaise. Selon  les Groupements économiques du Sénégal (Ges), notre pays pourrait perdre plus de 600 milliards de francs Cfa si rien n’est fait. Ils l’ont fait savoir avant-hier, mercredi 2 février, lors d’une conférence de presse.

Si la Cedeao ne renonce pas à ses sanctions contre le Mali, le Sénégal pourrait perdre plus de 600 milliards de  francs Cfa. Cette alerte  a été faite par les Groupements économiques du Sénégal (Ges) lors  d’une conférence de presse avant-hier, mercredi 2 février.

« Si le Sénégal perd le trafic sur le Mali, c’est une perte énorme, avec un chiffre qui tourne autour de 600 milliards de francs Cfa, sans parler des activités liées à cela comme les Entrepôts maliens au Sénégal qui constituent  une source d’emplois pour certains », a fait savoir Soyibou Guèye, secrétaire général des Groupements économiques du Sénégal.

Selon lui, ces sanctions interviennent dans un contexte marqué par des projets en cours de réalisation à l’initiative du Conseil sénégalais des chargeurs (Cosec) et de l’Ageroute qui prévoit de mettre en place des aires de stationnement et de repos le long du corridor Dakar-Bamako. Les Ges invitent ainsi les dirigeants africains à s’assoir autour d’une table  pour essayer de trouver  des solutions définitives à ce problème. A cet effet, l’organisation dirigée par Mor Maty Sarr informe qu’un mémorandum est en cours d’élaboration et sera remis aux autorités.

«Dans l’un et l’autre cas, les impacts économiques sont vérifiables. C’est pour cette raison que nous avons pensé nous retrouver, pour déplorer cette situation,  essayer d’en cerner les contours, jauger la profondeur des difficultés et convenir d’aller prochainement et en rapport avec d’autres organisations du secteur privé, à l’élaboration d’un mémorandum qui serait commun et qui servirait d’aide à la prise de décisions pour nos dirigeants politiques », a expliqué Soyibou Guèye. 

Allant dans le même sens, Mbaye Mbengue, président du collectif des entreprises agrées de transport et de livraison des containers relève que l’enjeu économique est extrêmement  important pour le Sénégal.

« Le Mali étant le premier  partenaire économique du Sénégal  et cela se chiffre à un minimum de 250 milliards par an. Donc cet enjeu est important. Sur les 20 millions de tonnes qui sont débarquées dans le port de Dakar  l’année dernière, les 4 millions de tonnes sont des marchandises destinées au Mali. L’importation du Mali est contrôlée à 70% par le Sénégal.  Nous avons au Sénégal 3 cimenteries qui font globalement 1 million de tonnes de ciment par an en destination du Mali. Nous avons également 1 million 700 mille tonnes de produits pétroliers  qui passent ici, Il y a aussi les sociétés de transformation et de produits de beauté  qui passent sur le corridor du Mali », a-t-il listé.

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :