France : un Algérien abattu après l’attaque contre une synagogue

0
201

(Africanews)- La police française a abattu un homme armé d’un couteau et d’une barre de fer, soupçonné d’avoir déclenché un incendie qui a carbonisé et noirci l’intérieur d’une synagogue dans la ville normande de Rouen tôt vendredi, une attaque que le ministre de l’Intérieur a qualifiée de « clairement » antisémite.

Le ministre de l’Intérieur, Gerald Darmanin, a déclaré que l’homme était un ressortissant algérien qui n’avait pas été signalé comme extrémiste présumé. L’homme avait demandé l’autorisation de séjourner en France pour y suivre un traitement médical et, après le refus de cette autorisation, avait été placé sur une liste de personnes recherchées par la police en vue d’un éventuel retour dans son pays.

M. Darmanin a fait l’éloge du policier de 25 ans qui a abattu le suspect, déclarant qu’il avait eu « raison » d’ouvrir le feu lorsque l’homme s’est précipité sur lui avec un couteau. Le ministre a déclaré que le policier serait décoré pour son comportement « extrêmement courageux et extrêmement professionnel ». Il a décrit l’incendie criminel présumé de la synagogue comme « un acte clairement antisémite ».

Incendie

Les pompiers ont été alertés tôt vendredi matin d’un incendie dans la synagogue. Les policiers dépêchés sur les lieux ont découvert l’homme sur le toit du bâtiment, tenant la barre métallique dans une main et le couteau de cuisine dans l’autre, et de la fumée s’élevant des fenêtres de la synagogue, a déclaré le procureur de Rouen, Frédéric Teillet.

Selon lui, l’homme a proféré des injures et jeté la barre de fer sur les policiers avant de sauter du toit et de se précipiter sur l’un d’entre eux, couteau levé.

Le policier a tiré cinq coups de feu, touchant l’homme à quatre reprises et le blessant mortellement, a déclaré le procureur.

Les tensions et la colère se sont accrues en France à la suite de la guerre entre Israël et le Hamas. Les actes antisémites se sont multipliés dans le pays, qui compte les populations juive et musulmane les plus importantes d’Europe occidentale.

Le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol, a déclaré que l’homme aurait grimpé sur un conteneur à ordures et jeté « une sorte de cocktail Molotov » à l’intérieur de la synagogue, déclenchant un incendie et causant des « dégâts importants ».

« Lorsque la communauté juive est attaquée, c’est une attaque contre la communauté nationale, une attaque contre la France, une attaque contre tous les citoyens français », a-t-il déclaré. « C’est une frayeur pour toute la nation. »

Antisémitisme

Des photos prises à l’intérieur de la synagogue et vues par l’Associated Press montrent que les murs et le plafond sont carbonisés et noircis.

À Paris, Yonathan Arfi, chef de la principale organisation juive française, a exprimé sa colère face à ce qu’il a décrit comme le « climat de terreur » auquel sont confrontés les juifs en France. Cette semaine, un mémorial parisien rendant hommage aux personnes qui se sont distinguées en aidant à sauver des Juifs en France pendant l’occupation nazie du pays au cours de la Seconde Guerre mondiale a également été attaqué, dégradé avec des mains peintes en rouge sang.

« C’est insupportable. C’est de plus en plus grave chaque jour. Après les graffitis antisémites que nous avons vus ces derniers jours, les slogans antisémites, les insultes antisémites, nous avons maintenant des tentatives d’incendie de synagogues », a déclaré à l’AP M. Arfi, président du Conseil représentatif des institutions juives de France.

Intimidation

« Chacun se demande s’il peut vivre paisiblement en France en tant que juif », a-t-il ajouté. « Il y a un climat de peur parce qu’on a l’impression que, n’importe où dans notre pays et à n’importe quel moment, une attaque antisémite peut avoir lieu. Elle vise à intimider les Juifs français et nous n’accepterons pas cette intimidation. Nous la refusons et nous continuerons à lutter contre cet antisémitisme débridé ».

Le Premier ministre français, Gabriel Attal, a déclaré ce mois-ci que la forte hausse des actes antisémites en France, qui a suivi l’attaque du 7 octobre du Hamas contre Israël, s’est poursuivie cette année.

Les autorités ont enregistré 366 actes antisémites au cours des trois premiers mois de 2024, soit une augmentation de 300% par rapport à la même période de l’année précédente, a déclaré M. Attal. Plus de 1 200 actes antisémites ont été signalés au cours des trois derniers mois de 2023, soit trois fois plus que pendant toute l’année 2022.

« Nous assistons à une explosion de haine », a-t-il déclaré.

Leave a reply