Locales 2022/ Les candidats journalistes et animateurs d’émissions audiovisuelles bientôt privés d’antenne

0
269

«La mesure principale qui a été d’ailleurs commentées par certaines chaines de télévisions, c’est que le CNRA a décidé que les candidats aux locales, qui ont des émissions de télévisions, qui animent des rubriques dans des émissions, ne pourront pas continuer à exercer pendant un certain temps». La raison, «parce que simplement, nous l’avons dit, leurs paroles ne sont pas neutres. Vous ne pouvez pas faire campagne l’après-midi, faire campagne la nuit, le matin et disposer également de deux heures de télévision pendant lesquelles vous allez faire campagne. Vous allez parler de vous. Votre parole n’est pas neutre».

C’est le président du Conseil nationale de régulation de l’audiovisuel (CNRA), Babacar Diagne, qui prévient ainsi des journalistes et autres animateurs d’émissions radio et télévision, candidats aux élections locales du 23 janvier 2022, qu’ils n’auront plus la possibilité d’animer leurs émissions, à partir d’un certain moment, conformément à la loi et aux dispositions sur l’égalité des candidats.

Interrogé par Seneweb, le président du CNRA a souligné qu’on l’a vu dans d’autres pays, certains candidats ont quitté les plateaux de télévision. Toutefois, il n’exclut pas la couverture médiatique des activités de ces journalistes ou animateurs d’émissions de télévisions ou rubriques dans une émission qui sont candidats.

«Je ne dis pas que certains candidats ne seront pas couverts. Si, ils peuvent être couverts en tant que candidats. Ils peuvent parler à la presse en tant candidats. Mais être candidat et animer des émissions pendant des heures, être candidat et animer des rubriques dans lesquelles vous vous exprimez, non ; ça ne sera pas permis», précise M. Diagne.

LA DATE D’INTERDICTION BIENTOT RETENUE

D’ailleurs, conformément au principe du respect de l’équité de traitement des candidats dans les médias audiovisuels, le patron de l’instance de régulation annonce que «le Collège du CNRA va se réunir pour déterminer la date à laquelle vous (ces candidats cités ci-haut, ndlr) allez cesser d’exercer votre métier dans la télévision jusqu’à ce que la campagne finisse. Et après, vous pourrez revenir reprendre votre émission».

Concernant des sanctions en cas de non respect à la décision, il soulignera enfin : «Vous savez, le CNRA parle aux organes. Nous parlons aux patrons d’organes. C’est eux qui prendront des dispositions pour que ces agents-là, qui sont candidats à des locales, qui seront dans la politique au quotidien, cessent d’être dans des émissions pendant la durée de la campagne électorale et puis ne reprendront leurs émissions qu’après la campagne électorale. C’est une décision déjà prise. Il s’agira simplement pour nous d’indiquer à quel moment l’animateur cessera d’être à l’antenne, cessera d’animer une rubrique».

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Leave a reply