Perturbations des enseignements : les parents d’élèves haussent le ton

0
1174

Alors que l’inquiétude grandit chez les élèves et leurs parents en raison de la paralysie des enseignements, les syndicats d’enseignants continuent de dérouler leurs plans d’action pour la satisfaction de leurs revendications. Face à ces perturbations interminables qui compromettent les études des potaches, les parents d’élèves engagent la bataille pour la reprise des cours. Aussi envisagent-ils ce jour, samedi, de battre le macadam à Dakar.

Ils ne s’en cachent plus. Les parents d’élèves n’en peuvent plus de la crise sans fin de l’école sénégalaise. Exaspérés de voir leurs enfants rentrer à la maison tout le temps sans faire cours, ils ont décidé de crier leur ras-le-bol, cette fois-ci à travers une manifestation. L’Union nationale des parents d’élèves et d’étudiants du Sénégal (Unapees) organise, en effet, un rassemblement ce samedi 12 février à la Place de la Nation. Le thème porte sur « La reprise des enseignements-apprentissages, une exigence des parents d’élèves ».

Le secteur de l’éducation connaît une paralysie générale depuis le début de l’année scolaire. Les syndicats d’enseignants sont sur le pied de guerre pour la correction du système de rémunération et le respect du protocole d’accords du 30 avril 2018 avec le gouvernement. Entre débrayages, grèves et rétention des notes à n’en plus  finir, la hache de guerre déterrée par les organisations syndicales, après une année d’accalmie imposée par la situation sanitaire, s’est amplifiée au grand dam des élèves. Ce qui a fini par inquiéter ces derniers.

Et pour cause, au rythme des plans d’action des syndicats de l’enseignement, l’année scolaire va encore prendre un gros coup dans le quantum horaire. Dans plusieurs localités du pays, les élèves sont descendus dans la rue pour exiger la reprise des cours. Le gouvernement qui semblait passif face aux agissements des enseignants, les avait appelés à la table des négociations mais celles-ci connaissent toujours des points d’achoppement.

En effet, la rencontre de jeudi dernier 3 février s’est soldée par un échec en ce qui concerne la question du régime indemnitaire. Les syndicats ont manifesté leur insatisfaction des propositions du gouvernement. Conséquemment, ils ont poursuivi leur plan d’action unitaire. Les deux parties devraient ainsi se retrouver dans deux semaines pour la poursuite des négociations. En Conseil des ministres mercredi dernier, le Président de la République, Macky Sall avait insisté sur « l’accentuation des efforts de l’Etat  d’assurer le déroulement normal de l’année scolaire, en relation avec les syndicats d’enseignants, en vue d’une finalisation, dans les meilleurs délais, du processus de concertation visant la prise en charge, dans le consensus, des points d’accord selon les modalités pratiques et un agenda d’application précis ».

Ces grèves  plongent ainsi l’école dans une crise profonde, prise en otage par les deux parties. Le scénario se répète depuis plusieurs années. Entre mêmes revendications et négociations qui ne connaissent pas d’épilogue, les principales victimes restent les élèves.

 M. DJIGO

Comments are closed.