Santé des footballeurs: ce que la mort de Marc-Vivien Foé a changé

0
1342

(Rfi.fr)- Il y a 20 ans, le 26 juin 2003, le footballeur Marc-Vivien Foé décédait sur le terrain, foudroyé par une crise cardiaque. Après la mort du Camerounais et d’autres drames, des changements radicaux ont été opérés en termes de prévention et de prise en charge des accidents cardiaques dans le football.

Certaines images sont indélébiles. Celles vues à Lyon, le 26 juin 2003, en font malheureusement partie. Dans ce stade Gerland qu’il connaissait si bien, Marc-Vivien Foé s’en est allé brutalement. Durant la demi-finale de la Coupe des confédérations face à la Colombie, le colosse camerounais s’est écroulé et ne s’est jamais relevé. Il n’avait que 28 ans.

Cette vision du footballeur inanimé, les yeux révulsés au centre du terrain, a traumatisé la planète football et au-delà. Ce jour-là, le Lion indomptable a succombé à un malaise cardiaque. Plus tard, l’autopsie révélera qu’il souffrait d’une cardiomyopathie hypertrophique, ou plus simplement un accroissement de la taille du cœur.

Le syndrome de mort subite du sportif dû à un arrêt cardiaque durant un effort physique était déjà connu, et Marc-Vivien Foé n’était pas le premier footballeur de haut niveau à en être victime. Mais ce drame filmé, suivi d’un autre très médiatisé peu après – le Hongrois Miklos Fehér, mort à 24 ans lors d’un match du Benfica contre Guimaraes au Portugal, le 24 janvier 2004 – ont mis en lumière ce risque et le besoin d’accentuer le travail de prévention autour des troubles cardiaques.

« Il y a eu une prise de conscience après la mort de Foé »

Les instances du football ont commencé à prendre des mesures peu après les décès de Foé et Fehér. Dès l’Euro 2004, le règlement de l’UEFA a renforcé les examens médicaux des joueurs et instauré de nouvelles règles, notamment la présence obligatoire d’une ambulance équipée d’un défibrillateur à chaque match. Car la mort de Foé avait mis en lumière des manques en la matière.

Le Camerounais était resté quelques instants seul, gisant au sol, avant que les acteurs de la rencontre ne réalisent la gravité de la situation. L’intervention des secours fut chaotique : aucun massage cardiaque ne fut pratiqué sur le terrain et il fallut près de trois minutes pour que le joueur soit évacué maladroitement sur une civière. Les efforts pour le réanimer ensuite dans les coulisses du stade sont restés vains.

 

La sensibilisation à ces risques est aussi, depuis le drame, bien différente. Dès 2004, en France, la Ligue de football professionnel (LFP) a exigé des clubs professionnels un suivi biologique et cardiologique des joueurs. Le règlement stipule ainsi que les footballeurs pros doivent subir entre autres deux examens biologiques par an, un électrocardiogramme au repos et une échographie cardiaque.

Par ailleurs, à compter de 2006, la LFP a obligé chaque club à se doter d’un défibrillateur. « Il y a une montée en gamme dans la prise en charge, les soins et les secours. Et c’est tant mieux », approuve l’ancien arbitre international Bruno Derrien auprès de RFI.

Médecin au sein du CS Sedan-Ardennes de 2003 à 2013, Manuel Afonso explique pour sa part qu’« il y a eu une prise de conscience après la mort de Marc-Vivien Foé, notamment au niveau des tests effectués auprès des joueurs ». « Ceux-ci étaient beaucoup plus poussés après, avec un suivi longitudinal, des tests cardio avant chaque début de saison… On était beaucoup plus attentifs », confirme-t-il.

Marco Randriana et Christian Eriksen, deux miraculés mémorables

Les effets de ce renforcement préventif ont pu être observés rapidement. Le 18 janvier 2008, au cours d’une rencontre de Ligue 2 opposant Sedan à Niort, un joueur des Chamois niortais, Marco Randriana, a été victime d’un arrêt cardiaque. Les secours, à savoir Manuel Afonso et le reste de l’équipe médicale mobilisée pour ce match, n’ont pas hésité un instant. « Je me suis précipité », se souvient celui qui officie aujourd’hui au sein de l’équipe du Sénégal.

L’intervention a été salvatrice. Avec l’aide du défibrillateur dont le club de Sedan était équipé depuis des années déjà, le cœur de Marco Randriana est reparti et le joueur a été ramené à la vie. Dans de tels cas, la rapidité de la prise en charge est cruciale. Pour Bruno Derrien, qui a tenu le sifflet de 1991 à 2007, l’autorisation du corps arbitral pour entrer sur le terrain – comme c’est le cas d’ordinaire – est bien sûr dispensable : « Le staff médical n’a pas à attendre. Il entre tout de suite, c’est normal. L’essentiel n’est pas le jeu mais la santé du joueur. »

« Lors d’un arrêt cardiaque, le sang n’est plus propulsé vers les organes, notamment le cerveau. Plus l’arrêt est court, moins il y aura de dommages. C’est pourquoi il est impératif de réagir au plus vite et de façon appropriée », décrypte Manuel Afonso, partisan d’un apprentissage des gestes qui sauvent dès l’école. « Plus on intervient vite, plus la personne aura un taux de chances de survie élevé », poursuit-il.

Illustration plus récente encore avec ce qui est arrivé à Christian Eriksen le 12 juin 2021, lors d’un match de l’Euro entre le Danemark et la Finlande. Le milieu offensif s’est effondré, victime d’un arrêt cardiaque. L’arbitre Anthony Taylor et les joueurs ont alerté les secours seulement quatre secondes après sa chute. Simon Kjaer, le capitaine danois, a immédiatement mis son coéquipier en position latérale de sécurité et entamé la procédure de réanimation cardiopulmonaire. Et moins de 25 secondes après être tombé inanimé, Eriksen était pris en charge par l’équipe médicale, laquelle faisait repartir son cœur quelques instants d’angoisse plus tard.

« Les sauveteurs sur le terrain ont été très pros, très opérationnels », remarque Manuel Afonso, qui insiste autant sur les gestes médicaux que sur « la manière de protéger Eriksen de la vue de tout le monde ». Les joueurs du Danemark ont pris soin d’entourer leur coéquipier au sol pendant l’intervention et avant que les médecins déploient des draps pour travailler sereinement.

« Des aléas qu’on ne peut pas prévenir »

Les protocoles en vigueur ces 20 dernières années ne sont toutefois pas garantie d’infaillibilité. « Ce genre d’événements restent de l’ordre de l’imprévisible total. On a beau avoir du matériel, on ne sait jamais comment ça va se passer », rappelle Manuel Afonso. Le 25 août 2007, l’Espagnol Antonio Puerta, lors d’un match entre son club, Séville, et Getafe, fut réanimé sur la pelouse après un arrêt cardiaque. Mais son cœur lâcha à nouveau à plusieurs reprises après son évacuation du terrain, et le joueur s’éteignit trois jours plus tard à l’hôpital.

Le suivi médical des joueurs n’écarte pas non plus tous les risques. Si les tests ont permis de détecter des anomalies potentiellement dangereuses – Lilian Thuram lors de son transfert avorté au PSG en 2008 par exemple –, l’imprévu impose une vigilance constante. « Malgré tous les efforts au niveau du dépistage et de la prévention, il y a des aléas qu’on ne peut pas prévenir. Voyez Christian Eriksen, qui n’est pas Monsieur Tout-Le-Monde », note encore Manuel Afonso. Le Danois évoluait à l’époque avec l’Inter Milan et joue aujourd’hui à Manchester United, le championnat d’Angleterre tolérant les footballeurs munis d’un défibrillateur implantable.

Selon la Fédération française de cardiologique, chaque année, plus de 500 sportifs décèdent d’un arrêt cardiaque en plein effort physique.

Réagir face à une personne faisant un arrêt cardiaque

En présence d’une personne – sportive ou non – victime d’un arrêt cardiaque, elle préconise trois réflexes successifs à avoir.

1) Alerter les secours

2) Pratiquer un massage cardiaque

3) Faire usage d’un défibrillateur automatisé externe (DAE) s’il y en a un à proximité

L’application Staying Alive, créée en 2011, peut vous être très utile. Elle recense les DAE proches de votre position géographique. Elle donne également des conseils à propos des gestes qui sauvent, et si vous êtes formé à ces gestes, vous pouvez être « Bon Samaritain » : ainsi, si une personne demande de l’aide dans l’application Staying Alive et que vous êtes à proximité, vous pouvez la rejoindre et aider à sauver une vie.

Leave a reply