SONES et SEN’EAU : le ministre Cheikh Tidiane Dièye annonce des audits des contrats du secteur de l’eau

0
334

Le nouveau ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Dr Cheikh Tidiane Dièye, a annoncé la mise en place prochaine d’audits concernant les contrats et les projets du secteur de l’eau, initiés par l’administration précédente. Ces audits visent à évaluer l’efficacité des investissements et des technologies utilisées dans la distribution de l’eau au Sénégal.

Lors d’une visite aux installations hydrauliques de la capitale, incluant l’Usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles et d’autres sites clés, le ministre a exprimé la nécessité d’une réévaluation complète des accords signés sous le président sortant, Macky Sall, notamment ceux concernant la gestion affermage entre la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES) et SEN’EAU. Il a également évoqué l’importance d’un plan de performance, soulignant l’importance de fournir aux citoyens un accès à l’eau de qualité, en quantité suffisante et à un coût raisonnable.

« Donc ces audits, comme je l’ai dit, suivant les instructions du président de la République, seront développés ou lancés dans les meilleurs délais ou en tout cas dans les délais les plus courts, pour justement regarder à la fois le contrat d’affermage entre SONES et SENEAU. Il faudra également regarder le plan de performance, puisque comme je l’ai dit, il faut vraiment que les Sénégalais aient accès à cette eau en qualité, en quantité, également à des coûts raisonnables », a précisé Dr Dièye.

Le ministre a également fait allusion à la création d’un organisme de régulation du secteur hydraulique, inspiré par les modèles existants dans les télécommunications et l’énergie, afin d’améliorer le suivi et l’encadrement dans ce secteur vital.

« Il nous faudra une nouvelle politique. Vous l’avez déjà vu, le président de la République a fait des injonctions dans ce sens. Pour comprendre l’existant, j’ai constaté depuis ce matin que beaucoup d’argent a été investi dans ce secteur tout au long des années. Évidemment, lorsqu’on dit ça, on doit dire aussi qu’il faut faire un diagnostic, qu’il faut évaluer, qu’il faut auditer pour savoir où cet argent est allé, à quoi ça a vraiment servi. Nous avons vu les équipements et les évolutions et les résultats accomplis. Mais évidemment, il faut toujours voir est-ce qu’on ne peut pas faire mieux, comment améliorer davantage. Et c’est à cela que nous allons tendre », a-t-il ajouté.

Ces initiatives font partie d’un effort plus large pour revoir et potentiellement réorienter les stratégies d’approvisionnement en eau, en explorant des solutions innovantes et en assurant que toutes les actions entreprises soient dans l’intérêt supérieur du peuple sénégalais.

Leave a reply