Un projet d’attentat déjoué au Danemark sur fond de menace terroriste « critique »

0
264

Ce jeudi 14 décembre, plusieurs arrestations ont eu lieu au Danemark dans le but de déjouer un projet d’attentat. Pour la Première ministre, ce coup de filet illustre « la situation dans laquelle nous nous trouvons », alors même que les services de renseignement du pays considèrent la menace terroriste comme « critique ». (Source: Mariane)

Coup de filet antiterroriste au Danemark : la police et les services de renseignement (PET) danois ont annoncé avoir arrêté ce jeudi 14 décembre trois personnes pour contrer un projet d’attentat – une quatrième a été appréhendée aux Pays-Bas. « Le PET et plusieurs districts de la police ont procédé à des arrestations tôt ce matin dans le cadre d’une opération coordonnée menée dans différents endroits au Danemark », selon un communiqué. « L’opération a été réalisée sur la base de soupçons de préparation d’un attentat terroriste », ont ajouté les services de renseignement et la police.

Les services de renseignement considèrent la menace terroriste comme « critique », la plaçant au niveau quatre sur cinq. « Il s’agit d’un groupe qui était en train de préparer un acte de terrorisme. Il y a des liens avec des pays étrangers » et le crime organisé, a expliqué au cours d’une conférence de presse le directeur des opérations du PET, Flemming Drejer. Pour la Première ministre, ce coup de filet « montre la situation dans laquelle nous nous trouvons au Danemark ». Cela fait « plusieurs années que nous avons pu constater qu’il y a des gens qui vivent au Danemark et qui ne nous veulent pas du bien, qui sont contre notre démocratie, notre liberté et qui sont contre la société danoise », a déclaré Mette Frederiksen à la presse.

PROTÉGER LA SÉCURITÉ NATIONALE

Le Danemark et la Suède voisine ont récemment cristallisé la colère au sein de pays musulmans après plusieurs profanations du Coran sur leur sol. En Irak par exemple, des centaines de partisans de l’influent leader religieux Moqtada Sadr ont tenté fin juillet de marcher en direction de l’ambassade danoise à Bagdad. Le Danemark a depuis légiféré pour interdire les autodafés du livre saint de l’islam, arguant qu’il s’agissait de protéger la sécurité nationale.

En 2006 déjà, une vague de violences antidanoises avait embrasé le monde musulman après la publication de caricatures de Mahomet, entraînant le rehaussement de la vigilance des services de renseignement et de la police qui ont depuis déjoué plusieurs projets d’attentat. Copenhague avait été meurtrie en février 2015 par une attaque djihadiste, qui semblait s’inspirer des attentats commis à Paris un mois auparavant contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo et le magasin Hyper Cacher. L’auteur de cette attaque avait visé un débat sur la liberté d’expression et la principale synagogue de la capitale de ce pays scandinave avant d’être abattu par la police.

Il y a un an, la justice danoise a condamné un sympathisant de l’organisation État islamique à 16 ans de prison pour un projet d’attentat à la bombe, la plus lourde condamnation prononcée au Danemark dans un dossier relevant de la législation antiterroriste. L’accusé plaidait non coupable, affirmant que les 12 kg de poudre et de produits chimiques retrouvés cachés à son domicile devaient être utilisés pour fabriquer des feux d’artifice.

Leave a reply