Aliou Cissé, sélectionneur des lions du Sénégal : «C’est ce genre d’adversaire que nous cherchons»

0
234

L’Iran est d’un cran supérieur à la Bolivie devant laquelle, le Sénégal s’est baladé samedi dernier au stade La Source d’Orléans (2-0). Aliou Cissé en est conscient. Pour autant, ça ne l’ébranle pas. Au contraire !  Les Shirants Perse (Lions de Perse) 22ème au classement de la Fifa seront, selon lui, un bon sparring-partner de la sélection nationale sénégalaise (18ème mondial) et championne d’Afrique en titre qui partage la poule A avec le pays hôte le Qatar, mais aussi les Pays-Bas et l’Equateur.  

Un adversaire d’un cran au dessus de la Bolivie

(VIENNE, Autriche) – «Un match avec un adversaire d’un cran au dessus de la Bolivie. Mais, c’est ce genre de match là que nous cherchons. On s’était préparés à jouer d’abord la Bolivie ensuite pour le deuxième match face à l’Iran qui fait partie des meilleures sélections, sinon là meilleure équipe de l’Asie. Cela veut dire qu’on a fait un bon choix. L’Iran est aussi qualifié à la Coupe du monde. Donc, je pense que demain (aujourd’hui), on ira vers une confrontation assez intéressante. Dans cette période là où les matchs amicaux sont souvent rares, nous sommes très heureux de pouvoir jouer ce match. La Bolivie en 2002. La Bolivie aussi en 2022. Rien n’a été calculé. C’est le sort. Je ne pourrais pas dire que je serai superstitieux parce qu’en 2002, on a joué face à la Bolivie avant d’aller à la Coupe du monde en atteindre les quarts de finale. Si effectivement la Bolivie nous porte chance, tant mieux. Je ne vois pas les choses ainsi. C’est juste un adversaire qu’on a choisi parmi tant d’autres. Mais surtout, un adversaire qui colle à notre adversaire Sud-américain qui est l’Équateur».

Gestion du groupe 

«C’est surtout cela l’identité de cette équipe. Aujourd’hui, je le dis et je le répète : c’est un groupe qui a beaucoup d’amour, de soutien, et de solidarité. Nous vivons ensemble depuis pratiquement plus de 7 voire 10 ans qu’on se connaît. C’est une famille. L’objectif, c’était de construire un club Sénégal si je peux l’appeler ainsi. On a pratiquement réussi cela à travers l’équipe nationale où les garçons viennent et se sentent vraiment chez eux. Après, c’est du football. Il y a la concurrence. Tous les joueurs qui sont là, ont envie de jouer. Ceux qui ont démarré contre la Bolivie, leur prestation ne m’étonne pas. C’est parce que, s’ils sont là dans cette équipe nationale, c’est parce qu’ils ont des qualités. Il y avait d’autres joueurs. Et, dans une équipe, il y a toujours la concurrence. Il y avait d’autres joueurs qui jouaient et je pense que l’objectif de ces deux matchs là, en réalité, c’est de pouvoir faire deux équipes. Et je l’ai dit depuis le début de ce stage là. C’est une opportunité de pouvoir donner du temps de jeu aux garçons dans un effectif et où ils ne jouent pas beaucoup. Ou des garçons qui ont eu en un moment donné, des transferts tardives. Donc à travers ces deux matchs là, je pense que c’est l’occasion justement de bonifier encore notre groupe. Pas seulement en qualité, mais aussi en quantité. Oui, c’est important de donner ce temps de jeu là. Est-ce c’est l’équipe qui va s’approcher de la coupe du monde ? Je n’en sais rien du tout. On est à un mois et demi de cette compétition. Et comme vous le savez aussi bien que moi, entre septembre, octobre et novembre, beaucoup de choses peuvent se passer. Mais, on a mis une équipe compétitive contre la Bolivie. Et cela nous tient à cœur de mettre une équipe compétitive contre l’Iran comme je l’ai dit. Ce sera un match très disputé. Deux équipes qualifiées à la Coupe du monde. Deux équipes qui ont envie de bien se préparer et de bien entamer le mondial. Les joueurs qui seront sur le terrain seront compétitifs. Et c’est l’occasion aussi pour nous de donner du temps de jeu à tout le monde. Même si je sais que c’est difficile. Peut-être que demain (ce soir, Ndlr), tout le monde ne jouera pas. Des 28 joueurs qu’on a choisi, peut-être que tout le monde ne jouera pas. Mais, ce qui est important, c’est de faire une revue d’effectif tout en n’oubliant pas la gagne et de mettre en place une équipe compétitive.

Blessure de Abdou Diallo

Il y a quelques pépins dans le groupe (Abdou Diallo) mais il n’y a rien d’important. Je crois qu’il a eu une béquille. Et aujourd’hui (hier) on a préféré le mettre au froid pour qu’il se repose. D’ici demain matin (aujourd’hui)  on verra s’il va prendre sa place ou pas. Comme je l’ai dit aussi, c’est l’occasion de donner du temps de jeu à d’autres. Il y a un garçon comme Cheikh Kouyaté qui est capable de jouer à ce poste de même que Pape Abou Cissé. Sur ce plan là, il n’y a pas de problème.

Le duel face à l’Iran

Face à l’Iran, c’est un match sérieux, une bonne opposition. Et je crois qu’on a fait des kilomètres pour pouvoir jouer ce genre de match là. On est heureux d’être là. Et de rencontrer une très bonne équipe iranienne. Surtout continuer dans cette dynamique qu’on est depuis quelques temps. En perspective de la Coupe du monde, être au rendez-vous de ces matchs là. C’est un match intéressant qui nous permettra de faire tourner notre effectif. Et puis, en face, il y a aussi de la résistance et une très bonne équipe avec un entraîneur qui connaît très bien notre équipe aussi. Sur la route de la coupe du monde, ce sont ce genre de match qui va nous faire progresser. Ce sont des matchs qui nous permettront de savoir où nous en sommes après cette Can. Et je crois comme on le dit, nous sommes sur la route de Qatar où demain (aujourd’hui), c’est l’Iran. C’est un match qu’il faut aborder avec beaucoup de sérieux, de professionnalisme, essayer de le jouer et de le gagner.

Objectif pour le mondial

Rester nous mêmes. Faire ce que nous avons fait depuis 7 ans. La dernière Coupe du monde a été très difficile pour nous à digérer. Parce qu’on a été éliminé au premier tour à cause des cartons. Quatre années se sont passées. On a gagné de l’expérience. Entre temps, il y a eu la Coupe d’Afrique. Nous continuons sur le continent africain à figurer parmi les meilleures équipes. Nos joueurs ont gagné de l’expérience. Ils jouent dans des grands clubs et ont eu à traverser durant ces 4 ans là, des rendez-vous très importants. La Coupe du monde, c’est l’expérience. Aujourd’hui, je pense que l’équipe du Sénégal est en train d’emmagasiner beaucoup d’expérience depuis ces années là. Et comme je le dis, il faut prendre les matchs les uns après les autres. Aujourd’hui, notre objectif c’est de sortir d’abord de cette poule là. Et après, on sera dans des matchs à élimination directe, on a assez d’expérience pour pouvoir dire notre mot dans cette compétition là.

Bilan du stage 

Il est un peu difficile de faire un bilan présentement. On aurait pu le faire peut-être demain (aujourd’hui) après le match contre l’Iran. Il y a un match qui est en face de nous. Mais si je peux faire un mini bilan, je peux dire que le groupe est heureux d’être ensemble. Ces des joueurs qui se connaissent depuis un bon bout de temps. Le fait de venir en sélection leur fait du bien. Ça leur donne une bouffée d’oxygène quand on voit les difficultés qu’ils subissent dans leurs clubs. Je peux vous garantir que depuis le début de la semaine, je vois des sourires. Des garçons qui restent sérieux dans le travail. Je suis très satisfait de l’implication. De l’état d’esprit que ce groupe là dégage. C’est cet amour là, ce travail là et ce côté professionnel qui nous font faire des résultats. Il n’y a pas de secret. Il faut qu’on continue à travailler et à tirer tous dans la même direction. C’est cette solidarité là qui nous fera gagner.

Recueillis par Abdoulaye THIAM

(Envoyé Spécial)

Leave a reply