Affaire «sweet beaute » : Sonko annonce la «date» de son audition et confine ses partisans

0
367

Accusé de « viols répétés et menaces avec armes à feu » par Adji Sarr dans le cadre de l’affaire « Sweet beauté » qui était à l’origine des manifestations du mois de mars 2021 et qui avaient failli faire basculer les institutions républicaines du Sénégal, le leader de Pastef, Ousmane Sonko, va enfin faire face au doyen des juges pour être entendu dans le fond de cette affaire. Dans un live sur Facebook hier, mercredi 30 mars, le nouveau maire de Ziguinchor, appelant à ses militants et les populations de rester chez eux et de ne pas manifester, a annoncé avoir demandé à être auditionné le 6 avril prochain.

Début du mois d’avril décisif pour l’affaire « Sweet beauté » qui était à l’origine des manifestations du mois de mars 2021 et qui avaient failli faire basculer les institutions républicaines du Sénégal à la suite de l’arrestation de l’ancien candidat classé troisième à l’issue de la présidentielle de 2019, Ousmane Sonko. Après un an de point mort, les auditions, dans le cadre de cette affaire d’accusation de « viols répétés et menaces avec armes à feu » contre le leader de Pastef, Ousmane Sonko, relancées depuis quelques jours par le nouveau doyen des juges d’instruction, Oumar Maham Diallo, vont certainement connaitre leur épilogue dans la première quinzaine de ce mois d’avril. Après les auditions des autres personnes impliquées dans cette affaire, c’est au tour du leader de Pastef, Ousmane Sonko, de passer devant le doyen des juges pour être entendu dans le fond de cette affaire.

Dans un live sur Facebook hier, mercredi 30 mars, le nouveau maire de Ziguinchor est d’ailleurs monté au créneau lui-même pour camper les choses. Dans cette déclaration d’à peine dix minutes, l’ancien candidat classé troisième à l’issue de la présidentielle de 2019, réaffirmant son ambition d’être le prochain président de la République du Sénégal, a commencé par dénoncer son placement sous contrôle judiciaire. Soulignant qu’il ne compte aller nulle part ailleurs parce que c’est au Sénégal que se trouve sa sécurité, il a indiqué que la procédure de placement sous contrôle judiciaire ne se justifiait pas. Poursuivant son propos, il a indiqué que s’il y a une partie qui n’a pas intérêt à ce que la vérité éclate au grand jour dans le cadre de cette affaire, c’est bien le régime en place qui a échoué à le faire condamner grâce à la forte mobilisation du peuple sénégalais. « Le dossier a échoué depuis le mois de mars 2021 puisque le complot était de m’arrêter aussitôt après l’éclatement de cette affaire puis me placer sous mandat de dépôt et m’envoyer à Rebeus et faire trainer la procédure en convoquant le prétexte de matière criminelle», poursuit-il encore. Avant d’ajouter : « Le juge ou la justice ne devrait pas être une prolongation du régime en place dans ce dossier ».

Explication sur sa dernière sortie

Revenant sur sa dernière sortie, Ousmane Sonko a indiqué que c’était pour dénoncer le traitement à géométrie variable dont lui et ses avocats sont victimes dans ce dossier. « Depuis plus d’un an, on nous refuse, mes avocats et moi de se prononcer sur cette affaire. On nous dit qu’on n’a pas le droit de dire un mot concernant ce dossier, on a même vu l’ordre des avocats monter au créneau et menacer mes avocats de procédure disciplinaire quand ils ont voulu se prononcer sur l’affaire des 94 milliards. Pourtant, pendant tout ce temps, la partie civile et son avocat passent tout leur temps à parler de cette affaire dans les médias au vu et au su de tout le monde sans qu’on ne les dise rien », a-t-il martelé avant de lancer.  « C’est donc pour dire non à cette injustice que j’ai fait ma dernière sortie qui a d’ailleurs fait bouger les lignes puisqu’après, le juge qui a toujours refusé de répondre aux correspondances de mes avocats, a réagi à leur dernière lettre. Et, il a ce juge juste 10 jours pour auditionner tout le monde. Il ne reste que moi pratiquement. Cela veut dire qu’on pouvait le faire depuis très longtemps».

« L’instruction est presque bouclée, donc il n’y a plus de raison que les choses tirent en longueur. Ce dossier ne fait pas partie de ces dossiers compliqués où on doit entendre des témoins à l’étranger. Il est temps qu’on le traite et le vide une bonne fois pour toutes », insiste-t-il tout en affirmant : « J’ai eu ce que je voulais. Le dossier ne peut plus trainer entre les mains du juge ».

« J’ai demandé à être auditionné le 6 avril prochain »

Par ailleurs, révélant qu’il avait demandé à être auditionné par le doyen des juges plus tard le mardi 29 mars dernier, le leader de Pastef a demandé à être entendu dès la semaine prochaine. « La semaine passée, mes avocats m’ont appelé pour me rendre compte des discussions qu’ils ont eues avec le juge en vue de mon audition. Je leur ai clairement demandé que cela se fasse au plus tard le mardi 29 mars 2022. Cela ne s’est pas fait. Maintenant, j’ai demandé à être auditionné le 6 avril prochain. Je dois retourner à Ziguinchor lundi, mais je suis prêt à annuler mon billet. On n’attend que la réponse du juge », a indiqué le maire de Ziguinchor qui demande dans la foulée à ses militants et aux populations de rester chez eux et de ne pas manifester. 

«Je n’ai jamais cherché à jeter le discrédit sur l’institution judiciaire»

« J’ai reçu plusieurs appels mais je veux dire que tout ce que j’ai fait jusqu’ici, c’est de les pousser à vider cette affaire le plus rapidement possible. Je n’ai jamais cherché à jeter le discrédit sur l’institution judiciaire avec qui nous n’avons aucun problème encore moins les magistrats. Mais si un magistrat pose un acte contraire au principe au droit, il est de notre devoir de dire attention puisque les magistrats sont des êtres humains et peuvent commettre des erreurs comme tout autre être humain ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :