Infertilité ou infécondité des couples : ce qu’en pensent l’Islam et le Christianisme

0
712

«La reproduction est certes encouragée dans l’Islam, mais…», Mame Bocar Diallo, Imam Citée Fadia

« L’Islam est contre le fait de causer du tort à son prochain. La religion musulmane est intransigeante sur ce point. La reproduction est certes encouragée dans l’Islam, mais il ne faut jamais omettre que tout ce qui arrive est de la Volonté Divine. C’est Dieu qui donne un ou des enfants à qui Il veut et au moment voulu. Il faut être ignorant pour oser tenir des propos désobligeants envers une femme qui ne peut pas avoir ou qui n’a pas eu d’enfant(s). Nous rappelons que la religion musulmane incite, aux sujets des malades, la «nécessité de se faire soigner». Il y a d’ailleurs un Hadith (tradition du Prophète – PSL) selon lequel : «Dieu n’a pas fait descendre sur terre une maladie sans avoir fait descendre en même temps son remède». Donc, il faut être tolérant envers ces femmes car la femme est très  valorisée dans l’Islam et y occupe  une place de premier choix. »

«Pour les catholiques, le mariage est ouvert à la vie, à la procréation, mais…», Abbé Roger Gomis, archidiocèse de Dakar

« Il faut d’abord reconnaître qu’il s’agit parfois d’une terrible épreuve pour les femmes qui vivent une telle situation, à cause, bien sûr, des pesanteurs sociales. Nous sommes, en effet, dans une société qui vide la femme mariée sans enfant de toute sa dignité. Beaucoup considèrent que c’est la honte, le déshonneur et même un malheur. Nous devons arriver à la conversion des mentalités. En tant que croyants, nous savons que c’est Dieu qui accorde la grâce de l’enfantement. C’est Lui l’auteur de toute vie. Sa grâce, Il l’accorde à qui il veut et sous des formes variées. Ensuite, pour les catholiques, le mariage est ouvert à la vie, à la procréation. Mais cela ne se limite pas seulement à la naissance des enfants. Cette grâce peut également se manifester par l’adoption. Voilà pourquoi, dans l’Église catholique, la stérilité ou l’infertilité n’est pas en soi un empêchement de mariage. Par contre, s’il est prouvé que quelqu’un a dissimulé volontairement (dol) sa stérilité, le mariage peut être déclaré nul pour défaut de consentement pour dol. »

Adjaratou Marieme Diaw MBAYE (Stagiaire)

Comments are closed.