Introduction d’un vaccin anti paludisme : des experts affinent la recherche à Dakar

0
1024

La capitale sénégalaise accueille depuis hier, lundi 23 janvier, pour trois jours, un atelier sur les stratégies de mise en œuvre pour l’introduction du vaccin antipaludique RTS, S/AS01 (RTS,S) dans les pays ayant des zones de transmission à haute saisonnalité. L’objectif est de fournir des informations actualisées sur le vaccin, y compris des preuves de son efficacité et de son impact, ainsi que de son innocuité mais aussi de favoriser les échanges entre les pays qui introduisent le vaccin antipaludique dans les services de vaccination de routine des enfants au Ghana/Kenya/Malawi, et ceux qui envisagent de l’introduire. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé le vaccin antipaludique RTS, S/AS01 (RTS,S) pour la prévention du paludisme chez les enfants vivant dans des régions où la transmission du paludisme est modérée à élevée.  Selon les experts de l’Oms, les résultats des essais pilotes de vaccins antipaludiques au Ghana, au Kenya et au Malawi lancés en 2019 et en cours jusqu’en 2023, ainsi que d’autres preuves obtenues avec le RTS,S, ont éclairé leurs recommandations pour le premier vaccin antipaludique.

Au Sénégal, les acteurs de la réponse se sont réunis hier, lundi 23 janvier pour mieux comprendre les enjeux de cette vaccination qui verra bientôt le jour dans le pays.  Ramatoulaye Diagne Mbengue, recteur de l’université Iba Mar Diop de Thiès a déclaré : « il s’agit de se réunir autour de cette question et de voir les recherches à mener pour ce type de thérapie ».  Et de poursuivre : « il s’agit de marquer une rupture. Au Sénégal c’est la prise de médicament ou la chimiothérapie qui est utilisée pour la prise en charge du paludisme. Il s’agit d’opérer une rupture et d’aller vers la vaccination.  Cette rencontre va nous permettre avec les autres pays qui ont déjà expérimenté ce vaccin et avec l’aide de la recherche de pouvoir affiner les stratégies pour avoir une démarche inclusive ».

Pour l’Oms, l’analyse préliminaire des résultats de la phase-pilote a montré que le vaccin est facile à administrer, qu’il présente un haut niveau d’innocuité et qu’il a un impact important dans les situations réelles de vaccination des enfants. L’adoption du vaccin a été élevée dans tous les pays pilotes, ce qui montre une forte demande de la part des communautés et l’acceptation du vaccin par les agents de santé dans les communautés.

Pour les pays avec des zones de transmission saisonnière comme le Sénégal, la recommandation de l’OMS reconnaît la possibilité que 5 doses soient nécessaires et que l’administration du vaccin pourrait avoir besoin d’être adaptée.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply