Lancement du programme EEC : objectif, la valorisation des produits agricoles par la transformation

0
381

Le programme Economie énergie circulaire (EEC) a été lancé dans la localité de Mbokhodane. Il s’agit d’un programme porté par l’Union régionale des Associations paysannes de Diourbel, en partenariat avec la mission UPA développement international chargée d’appuyer l’agriculture familiale.

Le programme Economie énergie circulaire (EEC) est le fruit d’un partenariat entre le Cadre national de coopération et de concertation des ruraux (CNCR) et les Québécois. Ce projet selon Ousseynou Ka, chargé de programme changements  climatiques et résilience au CNCR, vise l’amélioration des rendements, la valorisation par la transformation des produits locaux mais aussi l’accompagnement des enfants dans le cadre d’une cantine scolaire. Le coordonnateur du programme Economie énergies circulaire vert au niveau de l’Union régionale des Associations paysannes de Diourbel, Elimane Diouf, rappelle que cette cérémonie  rentre dans le cadre de la vulgarisation des axes du projet dans la commune de Ngoye, plus particulièrement dans la localité de Mbokhodane.

«Nous sommes aujourd’hui dans le village de Mbokhodane pour marquer le lancement des activités qui  tournent autour de la mise en place d’une cantine scolaire au niveau de l’école de Mbokhodane, financée par les partenaires canadiens, les jours où les élèves viennent le soir. On a fourni 480 repas l’année dernière. Cette année on fournit 485 repas. Les cuisinières sont divisées en deux groupes : un groupe chaque mardi et un autre chaque jeudi. Il y a une équipe qui est chargée de cuisiner pour les élèves. C’est un projet qui rentre dans le cadre de la valorisation des produits céréaliers et des produits agricoles. Au niveau de la cantine, il y a des femmes chargées de l’achat des produits. A la veille de chaque cantine, il y a une équipe qui se déplace pour acheter des légumes, une autre chargée de l’achat des intrants. Ce sont les partenaires qui prennent en charge l’équipe technique du projet et les cuisinières qui sont au nombre de 20 femmes, rémunérées chaque fin du mois. Ce qui constitue un impact pour les populations. Cela permet également aux enfants de se familiariser avec les produits locaux cultivés dans la zone. Il s’agit de consommer ce qu’on cultive», a dit M. Diouf.

Ce projet a un impact sur les enseignements-apprentissages, selon Aly Ngom, le Directeur de l’école élémentaire de Mbokhodane. «On a l’habitude de dire : «un esprit sain dans un corps sain». Mais, pour avoir un corps sain, il faut avoir une alimentation saine. Les plats présentés aux enfants visent à améliorer la nutrition ; donc cela a un impact sur la santé des enfants. Il nous permet d’avoir un gain de temps. Nous avons constaté qu’il y a une nette amélioration des résultats scolaires».

Pour Élise L’ortie, chargée de programme d’économie, c’est une organisation qui a pour mission d’appuyer l’agriculture familiale. «L’idée est venue de créer un programme qui allait accueillir l’économie circulaire c’est-à-dire renforcer les organisations paysannes qui appuient leurs membres, les familles productrices agricoles, à améliorer leurs rendements, à améliorer la qualité et la quantité de leurs productions agricoles. Il s’agit également d’accompagner les groupements des femmes à faire des activités génératrices de revenus. C’est toute la communauté qui bénéficie de ce programme, les familles agricoles, les producteurs, les enfants, les femmes. Et on a démarré par un projet pilote que nous comptons élargir à l’intérieur du Sénégal suivant  les bons résultats obtenus».

Selon la  coordonnatrice de la campagne «Manger local», il s’agit du premier financement de l’Union des producteurs agricoles développement international. «On souhaite sensibiliser les gens du Canada et du Québec à donner généreusement des projets économies circulaires».

Adama NDIAYE

Leave a reply