«Le sport a le pouvoir de changer le monde », Pape Abdallahi Gaye, Ancien joueur JA 

0
976

Il a le pouvoir d’unir les gens d’une manière quasi-unique. Le sport peut créer de l’espoir là où il n’y avait que du désespoir. Il est plus puissant que les gouvernements pour briser les barrières raciales. Le sport se joue de tous les types de discrimination ».

 << On ne peut sans doute rien comprendre au sport moderne si on ne met pas à jour ses racines, à savoir le projet littéralement politique qui lui a donné naissance. De même, l’économie est-elle difficilement intelligible si on ne redécouvre pas ce qu’elle était à l’origine, à savoir une économie politique…Le parallélisme entre sport et économie peut être poussé plus loin encore. Le projet sportif et le projet économique sont tous deux issus de la même idée de réforme sociale au sens large du terme, selon laquelle on peut gouverner  les hommes autrement que par la force. Tout en s’arrogeant le monopole de la violence, le pouvoir politique cherche  à l’économiser en promouvant auprès des citoyens des activités tant économiques que sportives, où cette violence est codifiée, réglementée et, en principe, contrôlée. Ainsi l’économie et le sport permettent-ils d’économiser de la politique. L’une et l’autre sont donc bien des économies politiques au double sens  du terme : arts de gouvernement, ils facilitent la tâche du politique en l’autorisant à épargner son essence : La force >>

La force du sport est telle que ce dernier peut être plus efficace que la diplomatie, plus persuasif encore que la guerre, dans la résolution de problèmes politiques, ou le rapprochement  de peuple en conflit. L’on se rappelle du rôle du Ping- Pong dans l’amélioration  des relations sino-américaines, du temps de Nixon et Mao.

Le sport peut aussi être utilisé pour atténuer des pressions politiques ou contenir des frustrations sociales, comme fut le cas dans l’Espagne du Général Franco, où à une certaine époque en Amérique du Sud.

Dans le registre des causes justes, le  football a joué un rôle inoubliable dans le soutien au mouvement d’indépendance de pays comme le Maroc et l’Algérie. Le WAC de Casablanca a été crée par des nationalistes marocains au domicile de feu Hadj Mohamed Benjelloun, pour contrer les équipes françaises de l’époque. L’équipe du FLN, composée de Rachid Mekhloufi et ses camarades, qui ont fui la France pour où ils vivaient, pour rejoindre l’Algérie et contribuer à l’indépendance algérienne.

Américains et Russes, en boycottant respectivement les jeux olympiques de Moscou en 1980 et de los Angeles  en 1984, ont confirmé l’implication du politique dans le sport. Plus récemment encore, l’affaire Timochenko a pollué le climat du dernier euro 2012 de football en Ukraine.

Dans un autre registre, le sport peut être dévoyé de ses nobles valeurs, pour servir de caisse de résonnance à la propagation de faux messages ou pour la défense de mauvaises causes. Hitler l’a fait en voulant que les jeux olympiques de Berlin en 1936 soient une vitrine à la gloire du 3e Reich.

Depuis toujours, le sport a été une affaire d’état. Et pour cause, il s’agit d’un secteur Ultra-sensible, qui mobilise les foules, attise les nationalismes, et sert d’exutoire aux refoulements ! ils traversent toutes les générations, et transcende l’ensemble les strates sociales, jeunes et moins jeunes, femmes et hommes , nantis et pauvres, intellectuels et gens du peuple, citadins et ruraux.

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :