Le Sudes trouve les offres de l’État «certes intéressantes mais insuffisantes»

0
370

Pour résoudre la crise qui secoue le secteur de l’éducation, le gouvernement avait convié, samedi dernier, les syndicats d’enseignants à la table des négociations. Il avait fait huit propositions aux enseignants qui n’ont pas permis de lever le mot d’ordre de grève. En conférence de presse hier, le Sudes a salué l’ouverture des négociations mais juge «insuffisantes» les offres.

Le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) apprécie l’ouverture de négociations sur le système indemnitaire dans la Fonction publique entre les syndicats d’enseignants et le gouvernement mais considère que «les offres sont certes intéressantes mais insuffisantes au regard de plusieurs considérations».

«Notre syndicat considère que l’option du Gouvernement de l’approche sectorielle pour corriger les fortes disparités dans les allocations indemnitaires entre le corps de la Fonction publique ne doit pas être dans les demi-mesures. Au contraire, pour le SUDES, il faut à cette occasion, une revalorisation salariale conséquente pour les enseignants qui ont le sentiment frustrant d’être marginalisés dans la Fonction publique et dans la société à cause de leurs difficiles conditions d’existence», a déclaré le secrétaire général national du Sudes, Amadou Diaouné lors d’une conférence de presse tenue hier, jeudi 17 février.

Selon lui, cela se justifie par trois raisons. Il s’agit de «l’installation d’une paix sociale durable dans le secteur public d’éducation et de formation qui a besoin de stabilité pour redorer son blason largement terni et regagner la confiance des populations qui ont besoin d’une «Ecole de la réussite» dont les enseignants suffisamment motivés sont la clé de voûte», de la «revalorisation conséquente de la profession enseignante rendra le métier attrayant et attractif pour les meilleurs étudiants et sera un moyen de renforcer la rétention des meilleurs enseignants dans le secteur».

Et d’ajouter, «une des conditions fondamentales sera réunie pour l’offre d’un enseignement public de qualité de nature à tendre vers la réalisation du PAQUET et de l’ODD4». Soulignant l’importance de la revalorisation salariale des enseignants, le Sudes a fait des propositions d’augmentations indemnitaires. On peut citer, entre autres, «l’indemnité d’enseignement à porter à 80% du salaire indiciaire, soit une augmentation de 30%», «l’indemnité de logement défiscalisée : Professeurs 200.000F, instituteurs 175.000F», «l’indemnité compensatrice de surcharge horaire : à augmenter de 40.000F», «l’indemnité de contrôle et d’encadrement : à    augmenter de 100.000F».

En effet, le système éducatif connait des perturbations depuis quelques semaines au Sénégal liées à des grèves des syndicats d’enseignants pour le respect des accords signés. Toutefois, le Sudes soutient que «la cause de ces perturbations dans le secteur public d’enseignement réside dans le ponce pilatisme et le dilatoire du Gouvernement depuis 2016, pour ouvrir des négociations sérieuses sur le système indemnitaire en vigueur dans la Fonction publique depuis les augmentations de salaire de 2006/2007».

Parmi les huit propositions faites par le gouvernement aux syndicats d’enseignants, il y a, entres autres, la «défiscalisation de l’indemnité de logement à 100% », de «l’augmentation de 100% de la prime scolaire», de «l’augmentation de l’indemnité de contrôle et d’encadrement», du «relèvement de 100% de l’indemnité de recherche documentaire et de surcharge horaire».

M. DJIGO

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :