Les élèves «revendiquent» dans la rue la reprise des enseignements et une réorganisation du programme

0
852

Face à la crise qui secoue le secteur de l’éducation, les gouvernements scolaires des écoles publiques du département de Dakar ont organisé hier, jeudi 24 février, une marche allant de la Place de la Nation jusqu’au rond point de la Rts. Ils réclament la reprise des cours, la réduction du programme, le report des examens et le respect des accords signés entre les syndicats d’enseignants et le gouvernement.

Ils étaient nombreux hier, jeudi 24 février, à la Place de la Nation à se faire entendre. Des élèves des écoles publiques de Dakar, à l’appel des gouvernements scolaires, sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère à la suite des grèves répétitives des syndicats d’enseignants. « Nous voulons étudier », scandent en chœur les potaches qui disent n’en pouvoir plus des perturbations dans le secteur de l’éducation. Sur les écriteaux brandis, l’on pouvait lire leurs principales revendications. Il s’agit de la « reprise des cours, la réduction du programme, le report des examens et le respect des accords signés entre les syndicats d’enseignants et le gouvernement ».

« Ça fait trois mois qu’on n’a pas fait cours. Les élèves viennent à l’école à 8 heures et rentrent à 9heures. Nous, élèves, qui doivent subir des examens et nos frères qui sont dans les classes préparatoires, comment peut-on avoir un bon niveau alors que durant toute la semaine, on ne fait cours qu’un seul jour ? On veut le retour des professeurs dans les salles de classes et qu’on fasse les compositions », a déclaré le représentant des gouvernements scolaires, Cheikh Tidiane Dia. Aussi, ajoutera-t-il : « Nous, les élèves de la série L par exemple, on a 40 leçons en Histoire et Géographie alors qu’il ne reste que 10 semaines pour le déroulement du bac. Quant aux élèves de la série S, ils ont plus de 30 leçons en SVT qui font partie de leurs matières dominantes. Nous voulons que les dates des examens soient repoussées ». Depuis le début de l’année scolaire, les syndicats d’enseignants sont en mouvement de grève pour exiger le respect des accords signés avec le gouvernement depuis 2018. Ils campent toujours sur leur position dans les négociations avec le gouvernement au grand dam des élèves.

A l’occasion de la marche qui les a conduits jusqu’au rond point de la RTS, les élèves ont pu compter sur le soutien de la jeune députée Marième Soda Ndiaye et du coordonnateur de Frapp France Dégage, Guy Marius Sagna. « Nous voulons retourner en classe, à l’école. Nous voulons bénéficier d’un enseignement de qualité. Nous voulons étudier dans de bonnes conditions. Oui, nous sommes venus mêler nos voix aux leurs pour dire qu’une grève de trois mois, ça suffit. Quand on ouvre une école, on ferme une prison. Ça veut dire que ça fait trois mois que le Président Macky Sall a ouvert des prisons », a dit Guy Marius Sagna. De son côté, la jeune députée, Marième Soda Ndiaye, dira : « nous voulons des solutions durables pour sauver l’école sénégalaise. Nous voulons que nos sœurs et frères étudient dans de bonnes conditions. Nous ne voulons plus d’abris provisoires dans ce pays. On ne veut pas qu’on sacrifie cette génération. Nous, les députés, on va poursuivre la bataille pour que nos frères et sœurs puissent reprendre les cours». Pour rappel, les négociations entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants en vue de trouver une solution pour l’apaisement de l’espace scolaire vont se poursuivre ce vendredi 25 février, après deux rencontres soldées en échec.

Mariame DJIGO

Comments are closed.