Louisette-Renée Thobi souhaite amener la CONFEJES «à un très haut niveau» après 100 à la tête de l’instance

0
535

Elue à la tête de la  Conférence des Ministres de la  jeunesse et des  Sports de la  Francophonie (CONFEJES) qui regroupe 43 Etats membres,  Louisette-Renée Thobi a bouclé ses 100 jours à la tête l’institution. En présentant hier, jeudi 16 décembre,  le bilan de cette première étape, la secrétaire générale a décliné ses programmes de promotion de l’entreprenariat et du sport. Mais aussi son ambition d’atteindre dans quatre ans  les objectifs  et d’amener  l’organisation à un très haut niveau.

Portée à la tête de la Conférence des Ministres de la  jeunesse et des  Sports de la  Francophonie (CONFEJES), Louisette-Renée Thobi s’est arrêtée sur ces 100 jours de  coordination  de l’institution francophone créée il  y a cinquante ans et forte de 43  Etats. Une occasion que la  7e  secrétaire générale a saisie pour présenter un  bilan d’étape et décliner  la mission et les défis qui interpellent son organisation qui s’intéresse en plus du sport mais aussi aux problématiques de la jeunesse.

«A 100  jours, il fallait penser à un mode de fonctionnement qui permet une efficacité de cette structure avec ses petites ressources financières.  A 100 jours, je crois que j’ai mobilisé et redonné confiance. Mon équipe est  motivée pour  m’accompagner à atteindre dans quatre ans mes objectifs et surtout sur des résultats. On doit quantifier ce que nous faisons», a-t-elle déclaré. 

Durant ces trois mois, la dirigeante camerounaise estime avoir redonné confiance à  la structure et rassuré les partenaires.  

«Je souhaite amener la CONFEJES à un très haut niveau. Elle a traversé  50 ans et a accompagné les Etats membres. Aujourd’hui, elle veut  être au même niveau que les autres organisations internationales non-gouvernementales et cela demande un certain nombre d’acquis. En 100 jours, j’ai la confiance des Etats membres, ils réagissent et comprennent de plus en plus quels sont les enjeux qui nous interpellent. En trois mois, j’ai rassuré les partenaires comme la Confédération africaine d’athlétisme, les bailleurs comme la France. Au bout de deux ans, on fera un autre bilan pour voir si sur le plan pratique les résultats que l’on peut toucher», confie-t-elle.

«L’accent sera mis sur  l’EPS à l’école à travers le programme de la double carrière»

 En termes de perspective, Mme Thobi  en a  profité pour rappeler les enjeux qui interpellent la CONFEJES et les programmes axés principalement sur l’entreprenariat des jeunes. Sur ce volet, il s’agit de dérouler, en partenariat avec la  Confemen et   l’Unesco, les recommandations pour une éducation de qualité issues de la déclaration de Cotonou de 2018.

«Nous avons deux  nouveaux projets dont nous espérons un financement considérable. Nous souhaitons sur une quinzaine d’états, accompagner le basketball féminin. Nous allons relancer un ancien programme et innover la mise en place du projet de la double carrière. Ce projet s’inscrit dans la perspective des Jeux olympiques de la Jeunesse qui va se tenir à Dakar en 2026. Il est important que la cohorte francophone soit bien représentée aux programmes des JO. Nous voulons marquer un point  au niveau de l’école primaire.  Si nous n’encadrons pas l’éducation physique à la base, nous allons tout perdre à l’enseignement secondaire et universitaire. On sait que les enfants décrochent tôt  et les jeunes ont du mal à se reconvertir. Il faut mettre l’accent sur  l’EPS à l’école à travers le programme de la double carrière.  Il y a beaucoup de combats pour atteindre notre objectif», souligne-t-elle.

Dans la même dynamique, la  secrétaire générale n’a pas occulté  les  difficultés auxquelles  la CONFEJES fait face au niveau des Etats membres.

«Avec un petit budget qui se bat comme on peut. La principale difficulté c’est la  crédibilité de la CONFEJES dans certains Etats qui la compose. Le fonctionnement est basé sur la cotisation. Si on ne cotise pas, on ne peut pas s’en sortir. Beaucoup d’états n’ont pas de cellules. Le problème se pose sur la désignation des secrétaires permanents des cellules dont certains ne connaissant rien du sport. Comment il va défendre la CONFEJES auprès de son ministre. On devrait se battre pour défendre l’image de notre organisation auprès des gouvernements membres. Certains pays ne sont pas en règle à cause de leur législation, de la crise économique  ou encore  d’une certaine instabilité ministérielle», a-t-elle relevé.

Omar DIAW

Comments are closed.