Mamadou Mignane Diouf, coordonnateur du forum social sénégalais : «Il n’est pas possible d’envisager, sous le format actuel, d’orienter les investissements des migrants dans la création d’emplois»

0
841

La diaspora sénégalaise a envoyé 1600 milliards de FCFA au pays, en 2021. Seulement, ces transferts, pour l’essentiel, ne sont pas destinés à des investissements pour la création d’emplois. Très souvent, ce sont des moyens de subsistance pour les familles, analyse le coordonnateur du Forum Social Sénégalais (FSS), Mamadou Mignane Diouf, qui trouve que le profil migratoire devrait changer, si l’on veut inverser la tendance.

 1600 milliards de FCFA, c’est le montant estimé des transferts d’argent (dans le circuit formel) de la diaspora sénégalais, vers leur pays d’origine en 2021, compte non tenu des envois via des intermédiaires et autres canaux non traçables. Vu l’importance des flux financiers, au-delà du Sénégal, les diasporas africaines sont considérées comme les premiers bailleurs de fonds de l’Afrique, en termes d’envois et transferts d’argent vers différents pays de leur continent d’origine. De là à susciter des réflexions sur la possibilité de capter ou d’orienter ces fonds vers la création d’emplois, pour plus d’impact.

Seulement, pour le cas spécifique de notre pays notamment, le coordonnateur du Forum Social Sénégalais (FSS), Mamadou Mignane Diouf, trouve que les nombreux milliards transférés par la diaspora sénégalaise ne peuvent pas servir à la création d’emplois, à cause du profil migratoire. «On peut considérer que les migrants sont les principaux bailleurs de fonds, si on tient compte des capacités d’envois qu’ils opèrent au cours de l’année au Sénégal, comme dans d’autres pays. De ma petite expérience sur ces questions migratoires,  il n’est pas possible d’envisager, sous le format actuel, d’orienter ces investissements dans la création d’emplois», dit-il.

D’après son analyse, «la plus grande partie de ceux qui immigrent proviennent de familles très vulnérables, pour ne pas dire très pauvres, dans lesquelles on s’organise pour trouver un moyen d’envoyer quelqu’un de la famille à l’émigration, en Afrique ou en dehors ; ça peut être dans des conditions légales avec l’immigration légale par visa ou l’immigration illégale clandestine avec le risque de voyager sur la route, par la mer avec les risques» que cela comporte.

CHANGER DE PROFIL MIGRATOIRE : DE LA MIGRATION DE SECOURS AU MIGRANTS PORTEURS DE PROJETS, CAPABLES DE NEGOCIER AVEC DES PARTENAIRES

Il trouve ainsi que, «le profil migratoire est une migration de secours, quelqu’un qui prend le risque de voyager pour secourir sa famille». Or, dans cet élan d’aider la famille, ce dont il s’agit, relève-t-il, c’«est d’envoyer l’argent pour la dépense quotidienne, transformer la maison qui peut être une baraque ou une case. Il s’agit aussi d’envoyer de l’argent pour l’organisation de cérémonies familiales, les évènements religieux». Selon toujours Mamadou Mignane Diouf, «des enquêtes à Dakar et même dans des régions du pays, confirment qu’il y a des familles qui attendent les transferts et, souvent, elles s’en servent pour aller au marché».

Suffisant pour que M. Diouf souligne que les transferts de la diaspora ne peuvent servir à des investissements créateurs d’emplois qu’avec un changement du profil migratoire. «Le changement du profil migratoire ne s’opérera que quand ceux qui migrent ont un projet important de création d’entreprises ou d’emplois, c’est-à-dire des immigrants qui ne voyagent pas pour secourir leurs familles, mais avec des projets et trouver des partenaires prêts à investir. C’est en ce moment-là que des migrants peuvent négocier avec l’Etat, pour avoir des facilités d’investissements».

Fatou NDIAYE

Leave a reply