Nécrologie : Papa Ousmane Sakho, ancien ministre et grand frère de Pape Oumar Sakho, Président du Conseil constitutionnel, n’est plus

0
801

Papa Ousmane Sakho, grand frère de Pape Oumar Sakho, Président du Conseil constitutionnel n’est plus. La levée de corps est prévue ce jeudi 17 Février, à 11h à la mosquée Rawane Mbaye.

Papa Ousmane Sakho était un homme politique sénégalais qui fut ministre de l’Économie, des Finances et du Plan de juin 1993 à janvier 1998, dans le second, puis dans le troisième gouvernement de Habib Thiam, sous la présidence d’Abdou Diouf. Il avait remplacé à ce poste Mamadou Lamine Loum et sera succédé par Famara Ibrahima Sagna

Né en 1943 à Dakar, Papa Ousmane Sakho fut économiste de profession. Il a été à l’origine du plan d’urgence appelé plan Sakho-Loum.

En effet,  la précarité des résultats enregistrés durant le Programme d’Ajustement Structurel à Long et Moyen Termes (PASLMT) de 1985 à 1991, avait débouché sur une rupture avec les institutions de Bretton Woods. En 1992, de graves dérapages dans la politique financière ont aggravé le déficit budgétaire à 3% du PIB financé par une accumulation d’arriérés de paiements extérieurs évalués à plus de 4% du PIB.

La croissance du PIB réel a connu une baisse en s’établissant à 2,2% du fait de la baisse de la production des céréales, de la production industrielle éprouvée par la politique des incitations industrielles et la baisse des exportations qui ont aggravé le déficit du compte courant.

Ces mauvais indicateurs de 1992 dont les tendances se sont prolongées jusqu’en 1993 ont amené les pouvoirs publics à prendre une série de mesures internes de réduction des dépenses publiques et d’amélioration des recettes publiques. Ces mesures sont prises dans le cadre d’un plan d’urgence appelé plan SAKHO-LOUM. La réduction des dépenses publiques concerne la baisse de la masse salariale de la fonction publique tandis que la hausse des recettes publiques se fait par la hausse des droits à l’import et des prix des produits pétroliers.

Pour autant, les résultats obtenus n’ont pas pu restaurer la capacité financière de l’État et le rétablissement de la compétitivité de l’économie est resté la question centrale lors des négociations entre les représentants des travailleurs et ceux du patronat du secteur privé.

 J M D

Comments are closed.