« Nous sommes encore dans un paradigme colonial qui est reproduit sans cesse par la France», Cheikh Gueye du RASA

0
222

Particulier vis-à-vis de sa configuration, le sommet France-Afrique s’est tenu à Montpellier, le 8 octobre 2021. Ce sommet qui avait l’habitude de recevoir les chefs d’Etats africains a vu pour cette année la participation exclusive de jeunes africains, sélectionnés à l’issue de dialogues menés pendant des mois à travers le continent par le camerounais Achille Mbembe. De l’avis de Cheikh Guèye, secrétaire général du rapport Alternatif sur l’Afrique (RASA) « Cela montre que nous sommes encore dans un paradigme colonial qui est reproduit, perpétué sans cesse par les autorités françaises». Il était l’invité hier, dimanche 10 octobre de l’émission Objection sur Sud FM.

Reçue le 8 octobre 2021, par le président français, Emmanuel Macron, dans le cadre du nouveau sommet Afrique-France, selon la nouvelle dénomination, à Montpellier, la société civile africaine composée de jeunes venus d’un peu partout d’Afrique s’est exprimée entre autres sur les relations entre les pays africains et l’ancienne métropole, mais aussi sur l’état de la démocratie dans leurs pays respectifs.

« D’abord, j’interroge le sens et l’objectif de tous ces sommets. Ça fait de longues années que nous entendons parler de ces sommets Afrique-France, France-Afrique, de ces sommets de la francophonie, de tous ces face-face que la France organise avec tout un continent», s’interroge Cheikh Guèye, SG du rapport de l’Alternance sur l’Afrique (RASA), par ailleurs SG du Cadre Unitaire de l’Islam au Sénégal.

Ce qui est déjà un premier problème, selon lui, « parce que l’ancienne puissante française, qui n’en est plus une, ne peut pas avoir comme interlocuteur tout un continent, alors que nous avons cinquante cinq (55) pays et que certains pays sont plus grands que la France du point de vue spatial, du point de vue démographique et qu’ils représentent des civilisations aussi riches que celles de la France. Donc, cela montre que nous sommes encore dans un paradigme colonial, qui est reproduit, perpétué sans cesse par les autorités françaises ».

Par contre, l’invité de Objection se veut clair : « Nous n’allons pas les condamner, parce qu’ils sont dans leur agenda. Ils ont le droit d’en avoir un dans le concert des nations. Maintenant, c’est à nous de nous interroger sur le sens de notre participation, sur le sens de l’instrumentalisation dont nous sommes les objets : nos chefs d’Etats d’abord, nos sociétés civiles maintenant et sans doute par la suite nos autorités religieuses, même avec les femmes ».

« Maintenant sur le format, est-ce qu’il s’agissait d’une invitation, d’un contournement ou alors même d’une provocation ? », se demande-t-il. Parce que, expliquera-t-il « Si on fait un sommet, déjà le mot sommet, ça convoque les hautes autorités des deux entités, France et Afrique. Donc, on laisse de côté les chefs d’Etat, on laisse de côté les gouvernements, on laisse de côté les Assemblées nationales et on choisit de rencontrer la société civile. Mais surtout de rencontrer les parties les plus jeunes, les plus sensibles, les plus inexpérimentés de la société civile ».

Et  cela s’est senti, d’après lui, « parce que d’abord tous ces jeunes, même s’ils ont voulu bien faire en portant une voix forte de revendication, parfois même de refus, on l’a vu dans le contenu, ils ont quand même été manipulés. Même quand on regarde le résultat, à la sortie de la rencontre les promesses qui ont été faites, je pense que beaucoup d’entre eux vont être floués, par tout ce qu’on leur avait promis ».

« Et finalement, on a deux ou trois annonces de financement, pour soi-disant développer la démocratie chez nous ou encore soutenir des projets de migrants. Je pense que de ce point de vue-là, nous ne sommes pas du tout dans ce qui a été annoncé, c’est-à-dire les éléments de refondation des relations entre la France et l’Afrique », regrette le SG Cadre unitaire de l’islam au Sénégal (CUDIS)

Et de rappeler : « n’oublions pas, parce qu’il faut donner une profondeur historique à l’analyse. D’abord on a été esclavagés, dans le commerce triangulaire, ensuite on a été colonisé, ensuite on nous a décolonisés, mais en nous gardant dans le pré-carré, dans lequel nous jouons un rôle par rapport à l’ancienne métropole. Un rôle, disons copieur institutionnel. La France, elle est présente dans nos systèmes éducatifs, dans nos lois, nos règlements, nos institutions. Tout est copié. Mais la France, elle est également très présente dans nos économies, elle est présente dans notre culture avec tous les projets qui sont initiés. Donc elle est encore là. Nous ne sommes pas libres. Nous ne sommes pas indépendants. Nous sommes encore sous colonisation ».

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Leave a reply