Persistance de la tension politique, dans un contexte africain marque par des coups d’état militaires : Pr Sidy Alpha Ndiaye met en garde Macky et son régime

0
781

Selon le professeur agrégé en Droit public, Sidy Alpha Ndiaye, par ailleurs directeur de l’Institut des droits de l’homme et de la paix (Idhp), le Sénégal est très mal parti sur le plan politique pour réussir l’organisation de la présidentielle du 25 février 2024. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée), le dimanche 3 septembre, l’enseignant chercheur agrégé en Droit public tout en déplorant la persistance de la fracture de la société sénégalaise, a estimé que tous les derniers coups d’état au Mali, au Burkina, en Guinée, au Niger, récemment au Gabon, ont pour origine des questions de la gouvernance.

Le Sénégal est très mal parti sur le plan politique pour réussir l’organisation de la présidentielle du 25 février 2024. L’avis du professeur agrégé en Droit public, Sidy Alpha Ndiaye par ailleurs directeur de l’Institut des droits de l’homme et de la paix (Idhp) basé au sein de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) le dimanche 3 septembre dernier, l’enseignant-chercheur agrégé en Droit public, analysant le contexte de préparation de cette élection qui va se dérouler pour une première fois de l’histoire politique du Sénégal sans la participation du président sortant, a déploré la persistance de la fracture de la société sénégalaise nonobstant la tenue du dialogue national.

Estimant que « le but d’un dialogue, c’est de faire la nation, de consolider le tissu national, d’éviter la fracture sociale », le Pr Sidy Alpha Ndiaye affirme que «la société sénégalaise est aujourd’hui beaucoup plus fracturée après le dernier dialogue » qui, de son point de vue « n’a pas servi à grand-chose ». « La preuve, les prisons sont pleines, la presse n’est plus libre, des hommes politiques sont emprisonnés. Il y a des délits d’opinion, la société sénégalaise est politiquement, idéologiquement très facturée. Cette fracture renseigne sur le désenchantement de notre démocratie, de l’état de droit qui ne se définit pas par l’existence et le fonctionnement d’institutions mais par le sentiment de justice, une forme de proximité entre les aspirations du peuple et les institutions qui sont censées incarner cette volonté générale ».

Ainsi poursuivant son analyse, le directeur de l’Institut des droits de l’homme et de la paix estimant que tous les derniers coups d’état au Mali, au Burkina, en Guinée, au Niger, récemment au Gabon, ont pour origine des questions de la gouvernance, met ainsi en garde le régime en place sur les conséquences qui pourraient découler de cette situation. « Faisons attention à ce que ça passe au Sénégal. Étouffer des voix et considérer qu’une bonne partie des Sénégalais ne pourront peut-être pas voter pour le candidat de leur choix, c’est inviter ces personnes à réagir autrement, à s’exprimer autrement, parce que le peuple s’exprime toujours, laissons le peuple s’exprimer électoralement dans les urnes. Une véritable démocratie électorale étouffée peut engendrer d’autre formes d’expressions », a-t-il prévenu avant de poursuivre. « Le Sénégal fait certes l’exception des coups d’Etat militaire et des changements anticonstitutionnels de gouvernement ou encore moins de rupture de l’ordre constitutionnel, mais il y a des coups d’états institutionnels qui se rapportent à l’instrumentalisation de la magistrature, au fait de torpiller et d’interpréter de manière très fourbe les textes de loi à des fins de conjecture politicienne », a-t-il fait remarquer. Toujours sur cette même lancée d’alerte, le professeur Sidy Alpha Ndiaye  invite les autorités sénégalaises à bien s’inspirer de ce qui s’est passé au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Gabon pour combattre la mal gouvernance économique qui est également évoquée pour justifier les coups d’état dans ces pays en donnant suite au rapport de la Cour des comptes qui, selon lui, « a parlé des fameux Fonds COVID, que l’on n’arrive pas à retrouver ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply