(Reportage) Entre hausse généralisée des prix et pauvreté : le Sénégalais lambda, en pleine galère !

0
2785

Face aux maigres revenus des Sénégalais qui ont dû mal à couvrir tous les besoins, le prix des denrées de première nécessité ne cesse de connaitre une hausse vertigineuse. Ainsi les ménages sont dans le désarroi et confrontés à un dur quotidien, peu enviable. Pour sortir de cette situation catastrophique qui ne promet pas un lendemain meilleur, ‘’Gorgorlu’’ est obligé de faire un prêt au boutiquier et les femmes d’utiliser leur bénéfice de vente pour ne pas mourir de faim. Entre inquiétude et frustration, ils haussent le ton.

 

Alors que la pauvreté progresse et se manifeste en des proportions inquiétantes, on ne cesse d’assister quotidiennement à la hausse du prix des denrées de première nécessité. Face à cette flambée, les ménages se retrouvent à bout de souffle et les pères de famille dans le tourment. Cette situation est devenue une pilule amère pour les Sénégalais qui arrivent difficilement à joindre les deux bouts. Et pour sortir de cette situation précaire, moult moyens sont utilisés. Selon Bira Guèye, père de famille, cette hausse généralisée est inimaginable surtout quand la majeur partie de la population vit dans la pauvreté.

 

« La moitié des salaires est utilisée pour l’alimentation et s’il y a flambée sur les prix, nous en souffrons. C’est très difficile d’entendre chaque jour que tel aliment connait une hausse. Personnellement, pour m’en sortir, je suis obligé de faire un prêt au boutiquer. Dès que la situation se décante, je le paye», explique-t-il avant d’ajouter.

 

« Parfois, le boutiquier aussi refuse parce qu’il doit verser ou acheter de la marchandise. Donc, il ne peut pas me faire du crédit chaque jour et c’est compréhensif. Dans ce cas, je prends l’argent de la tontine que ma femme gère pour acheter le ravitaillement et la rembourser après. C’est comme ça que je fonctionne», confie Bira.

 

Beaucoup de personnes n’arrivent pas à faire face à la hausse vertigineuse du prix des denrées, surtout quand la pauvreté ne cesse de progresser et que les salaires ou bénéfices des labeurs deviennent dérisoire. Ndèye Awa Seck, pour sa part, dit cumuler deux boulots pour faire face à la situation qui, selon elle, commence à dégénérer.

 

« Je ne travaille pas uniquement dans une entreprise comme femme de ménage. Je suis obligée de cumuler deux boulots pour satisfaire les besoins. Quand je reçois mon salaire mensuel, j’achète la moitié du ravitaillement et les choses qui restent, je l’achète en détail avec l’argent du café que je vends le soir. La situation est devenue beaucoup plus grave que même un seul travail ne peut pas tout régler», dit-elle. Vendeuse de beignets, Diarra Keita dit être fatiguée par cette hausse qui ne lui facilite pas la tâche dans son commerce.

 

« Je vends des beignets, ce qui me permet d’entretenir ma famille tant bien que mal. La bouteille d’huile de 20 litres est passée de 14 500 F CFA   à 22 500 F CFA. Sans parler du sucre où il y a une marge d’augmentation de 3500 F CFA sur le sac du sucre. Seul l’argent de ma tontine m’aide à tout gérer et parfois j’utilise mes économies. Mais je te le jure que c’est difficile », tonne cette femme à la quarantaine.

 

Partout, c’est le même son de cloche comme si les Sénégalais se sont donné le mot. Alain Christophe, père de famille, se désole ainsi de la situation actuelle qu’il qualifie d’invivable. « Dans un pays pauvre où l’alimentation absorbe la moitié des revenus, Il ne doit pas y avoir de flambée, mais plutôt une baisse. Tout ça pour permettre aux familles de ne pas être dans la misère. Si cela continue ainsi, on risque de sauter des repas même s’il y a des gens qui le font. Le Sénégalais est un pays pauvre et les gens ont de maigres bourses qui ne servent pratiquement à rien», déplore-t-il.

 

Poursuivant ses propos, il ajoutera : « Avec le peu que je gagne en tant que surveillant,  j’achète un  sac de riz, huile et autres. Et le salaire de mon fils, on  l’utilise pour certains détails  comme le pain, le lait… Mais c’est extrêmement difficile», explique Alain qui pointe du doigt le gouvernement. Car, dit-il « au moment où la population souffre, ils (les gouvernants-ndlr) sont là à dilapider notre argent sans qu’on puisse faire quoi ce soit. Comme pour augmenter notre mal, ils augmentent tout sans justification valable », conclut-il.

 

Face à la pauvreté, les Sénégalais ont à dire vrai du mal à tenir le coup de la hausse généralisée du prix des denrées de première nécessité. Ils semblent  vivre la situation avec tout le mal du monde.

 

AMSATOU GANO (STAGIAIRE)

 

Comments are closed.