Saint-Louis – dialogues communautaires sur les impacts environnementaux des industries extractives et minières : les femmes exposent leurs difficultés et plaident pour une meilleure prise en compte de leurs préoccupations

0
657

Les responsables de la Cellule régionale de Saint-Louis de la Fédération des Associations Féminines du Sénégal (FAFS) ont organisé, à saint-Louis, une session de dialogues communautaires consacrés aux impacts environnementaux des industries extractives et minières. Des rencontres qui se sont tenues simultanément dans les localités de Gandiol, Ngadiaga, Darou Khoudoss, Ngoundiane et Thiénaba. Il s’agit, selon la Présidente, Mme Thérèse Sambou, de renforcer les connaissances sur les défis et enjeux des impacts environnementaux de ces industries sur les écosystèmes naturels et de l’économie territoriale.

 

Les activités extractives sont devenues un des secteurs phares de l’économie sénégalaise. Elles sont composées de l’extraction minière et celle des hydrocarbures. Au-delà du phosphate, les produits extraits du sous-sol sénégalais se sont diversifiés dans la zone de Darou Khoudoss, avec la production du zircon, entre autres. D’importants changements économiques sont attendus avec l’exploitation prochaine de pétrole et de gaz naturel. Toutefois, force est de reconnaître que les retombées sur la situation des ménages sont peu évidentes, en dehors des salaires versés aux travailleurs. 

Au Sénégal, la présence des industries minières est importante. Il faut noter que, déjà au 31 décembre 2017, sur les 354 titres miniers (tous régimes confondus) octroyés au Sénégal, 165 le sont dans la région de Thiès, soit 46,6% des titres. La zone des Niayes, large bande qui va de Dakar à Saint-Louis, est également concernée. C’est ainsi que des  dialogues  communautaires  sont organisés simultanément dans les zones cibles. Ceux-ci constituent une nécessité impérative pour une résilience territoriale et celle des communautés de base. «Ce dialogue s’articule avec des actions de sensibilisation, d’éducation environnementale en prenant en compte l’équité de genre. Ceci en vue de mieux outiller les populations particulièrement les femmes pour la mise en œuvre de stratégies de lobbying et de plaidoyer», a rappelé Mme Thérèse Sambou, Présidente de la cellule régionale de la Fédération des Associations Féminines du Sénégal (FAFS). 

L’objectif est de promouvoir une meilleure compréhension de la problématique des impacts négatifs des industries extractives et minières dans les zones ciblées. Il s’agit, en effet, de renforcer les connaissances des membres des communautés des zones ciblées (Ngadiaga, Darou Khoudoss, Gandiol, Ngoundiane, Thianaba) sur les défis et enjeux des impacts environnementaux des industries extractives et minières sur les écosystèmes naturels et l’économie territoriale ; de faire un plaidoyer pour que les communautés puissent bénéficier d’appui dans le cadre de la RSE et des opportunités du contenu local dans l’exploitation des ressources pétrolières et gazières ; et d’élaborer un plan de suivi des recommandations issues des dialogues simultanés organisés par les OSCS. 

À Saint-Louis, les difficultés rencontrées par les femmes tournent autour de la commercialisation du sel, de la salinisation des sols par rapport à l’agriculture, et la rareté de certains produits halieutiques dans le secteur de la pêche. Face à cette situation, ces femmes envisagent de faire un plaidoyer pour une meilleure prise en compte de leurs préoccupations.

YVES TENDENG 

Leave a reply