Saint Louis : Les enseignants de la Formation Professionnelle et Technique revendiquent le départ du Ministre Dame Diop

0
600

Les enseignants membres du Syndicat de l’Enseignement Professionnel et Technique de la région de Saint-Louis ont revendiqué hier, mercredi 2 mars, le départ de Dame Diop, Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion de la tête de ce département ministériel. Ils ont observé dans la matinée un sit-in devant les locaux de l’Inspection d’Académie de la région pour fustiger le manque de considération notoire de la part de leur tutelle à leur égard. Ces enseignants grévistes dénoncent une dépendance de celle-ci au Ministère de l’Education Nationale et menacent de poursuivre le combat jusque l’obtention de gain de cause.

 

Ce sont des enseignants très en colère et munis de brassards rouges, pancartes en mains, qui ont manifesté hier, mercredi 2 mars, leur colère à travers un sit-in qu’ils ont observé devant les locaux de l’Inspection d’Académie de Saint-Louis. On pouvait lire à travers leurs pancartes divers messages tels que « La FPT oubliée » ; « Dame Diop dégage ! »; « Dame Diop Ministre fantôme » ; « Paiement des indemnités » entre autres. Des messages qu’ils ont scandés face à la presse. Sur place, ces enseignants membres du Syndicat de L’Enseignement Professionnel et Technique de Saint-Louis ont revendiqué le départ de leur tutelle, le Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion en l’occurrence Dame Diop.

« Nous exigeons son départ parce que nous ne pouvons pas avoir un Ministre de tutelle avec qui nous voulons communiquer alors que lui, refuse de nous recevoir. Pourtant, nous sommes le seul syndicat qui est au niveau de son département ministériel à savoir le Syndicat de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. Il est clair que la réussite de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle ne pourra se faire sans ses acteurs et le Syndicat qui les représente. Donc, il a intérêt à recevoir nos secrétaires généraux pour qu’ils discutent avec lui et voir les voies et moyens de mettre les agents dans de bonnes conditions de travail mais aussi pour le rayonnement de la formation professionnelle« , a soutenu Mamadou Kéba Diallo, secrétaire général chargé de la communication du Syndicat de l’Enseignement Professionnel et Technique de Saint-Louis.

 

Ses camarades et lui ne comprennent pas toujours pourquoi les points revendicatifs qui concernent la Formation Professionnelle n’aient pas été pris en compte lors des récentes négociations entre l’État du Sénégal et les représentants de syndicats d’enseignants.

« Nous sommes écoeurés par l’attitude de notre tutelle et nous nous demandons même est-ce que réellement notre ministère est autonome parce qu’on dirait que nous dépendons trop du ministère de l’Éducation Nationale« , a-t-il déploré tout en indiquant que la question des passerelles professionnelles, la baisse des indemnités et des budgets alloués aux établissements d’enseignement professionnel et le favoritisme de leur Ministre de tutelle constituent les difficultés qui plombent le secteur de la Formation Professionnelle.

YVES TENDENG

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :