Sanctions CNRA : le SYNPICS exprime ses préoccupations de la suspension des programmes de sen tv et de zik fm

0
1268

La suspension des programmes de SEN TV et de ZIK FM, pendant 72 heures, par le Conseil national de Régulation de l’audiovisuel (CNRA), pour «violation de la réglementation», ne laisse pas indifférent le Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS). Le SYNPICS appelle le CNRA à mettre sur un pied d’égalité tous les acteurs soumis à son autorité. Aussi le régulateur ainsi que l’Etat et tous les acteurs des médias sont-ils invités au respect strict de la loi.

Le Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS) a appris la coupure des signaux de la radio ZIK FM et de la Chaine SEN TV sur injonction du régulateur de l’audiovisuel, le jeudi 31 mars 2022. Dans un communiqué de presse, le SYNPICS invite : «Le régulateur au respect strict de la LOI, en mettant sur un pied d’égalité tous les acteurs soumis à son autorité et en motivant toutes les décisions qu’il est appelé à prendre dans ce sens. Le respect de la règlementation dont il a la charge s’applique à tous les acteurs des médias, sans distinction aucune, qu’il s’agisse d’un média public ou privé».

Dans la même veine, des recommandations ont été faites «Aux Editeurs, Opérateurs et diffuseurs, en charge d’une mission de service public de l’Information, de se conformer aux décisions du CNRA ou au contraire, de les contester devant les juridictions compétentes ; Aux journalistes et techniciens des médias de se conformer aux règles établies par le Code de la Presse et aux règles éthiques et déontologiques qui s’imposent à tout détenteur d’une carte nationale de presse ; A l’Etat du Sénégal de faire évoluer et élargir les bases de la régulation du secteur de la presse, en l’adaptant aux réalités technologiques actuelles, intégrant aussi bien le Numérique que le Digital», lit-on dans le texte.

Et la source de rappeler que cette «décision fait suite à deux actes préalables posés par le CNRA, et que lui impose la Loi en vigueur au Sénégal. Il s’agit de la mise en demeure servie au groupe D-Media, le 15 mars 2022 et de la Décision d’interdiction d’animation des revues de presse et des titres par M. Aïdara, maire de Guédiawaye, le 29 mars 2022».

C’est pourquoi, le SYNPICS, fidèle à son rôle de défense des principes fondamentaux qui régissent la profession, et en rapport avec sa mission qui est de promouvoir les libertés journalistiques dans un strict esprit de responsabilité, rappelle que : «Le journalisme est un métier régi par une charte, des codes et pratiques de portée universelle. Le Sénégal est un Etat de droit, organisé. La Loi qui y prévaut est de portée générale. Elle doit être d’application impersonnelle, permanente, sans distinction aucune, dans les seules limites que la Loi elle-même, prévoit. Le secteur des médias, ne saurait en aucune façon, constituer une zone de non droit où un quelconque acteur peut s’extirper du domaine de la LOI et des règlements en vigueur», déclaré le syndicat.

Le SYNPICS dit suivre «l’évolution de cette affaire et espère vivement que les intérêts des travailleurs seront sauvegardés par leur employeur». Le CNRA a suspendu la diffusion des programmes de la SEN TV et de la ZIK FM, pour 72 heures, durant la période allant du jeudi 31 mars 2022 à 18 heures au dimanche 3 avril 2022 à 18 heures.

Dans un communiqué publié à cet effet, le régulateur audiovisuel a motivé sa décision de fermeture de ces deux organes de presse du Groupe D-Media par des «violations de la réglementation par Ahmed Aïdara dans ses revues des titres et de presse» et «la constatation de nouveaux manquements aux principes d’objectivité, de neutralité, d’équité et d’équilibre commis par Monsieur Aïdara», avec le non-respect de la mise en demeure suivie de la «décision portant interdiction à la SEN TV et à la ZIK FM de faire animer les revues des titres et de presse par Ahmed Aïdara à compter de la notification de la présente décision» envoyée à ces médias le 29 mars 2022, entre autres.

ID

Leave a reply