Sénégal – Utilisation des réseaux sociaux : La navigation vers l’inconnu

0
1474

Moyens de communication très sollicités dans le monde actuel, les réseaux sociaux sont devenus, en l’espace de quelques années, un outil incontournable. Utilisés à des fins personnelles, commerciales ou autres par les entreprises, des écoles, université et instituts d’enseignement et de formation, des artistes et autres professionnels ou non ; bref, toute sorte d’individus et de profils, etc. ils ont su s’incruster dans le quotidien des Sénégalais avec, d’une part, un apport au plan instructif et dans une certaine mesure ludique. Ils renferment cependant un aspect nocif pour certains, d’autre part.

Par Adjaratou Marieme Diaw MBAYE (Stagiaire)

Les réseaux sociaux font désormais partie du quotidien des Sénégalais. Au Sénégal, ce moyen de communication s’est incrusté dans les habitudes, au point  de devenir une addiction pour certains. Dans les rues, dans les transports en commun, au travail, à la maison etc., cet outil consume l’essentiel, pour ne pas dire tout, notre temps. Difficile en ces temps de voir un Sénégalais qui ne s’intéressent pas aux réseaux sociaux.

Facebook, Instagram, Tik Tok…, pour ne citer que ceux-là. Autant de réseaux dont l’utilisation par les internautes diffère. Entre dépendance chronique, moyens de pressions, allant jusqu’à la publication d’images obscènes et messages/contenus compromettants, les réseaux sociaux sont devenus la porte ouverte sur un monde  de cauchemar où rodent des prédateurs sexuels.

Sur les réseaux sociaux, n’importe qui peut se créer un compte. Difficile de décerner qui est qui. Pour les parents qui ne s’y connaissent pas, difficile de contrôler l’usage qu’en font leurs enfants. Ce jeune public qui est livré à lui-même dans ce monde qui, bien que virtuel, comporte des dangers réels.

Père de famille, M. Fall est très intransigeant en ce qui concerne  l’utilisation de ces réseaux sociaux. « Je suis très strict quant à l’utilisation excessive de cet outil. Aujourd’hui, il faut être très prudent avec nos enfants. J’ai l’impression que les contenus postés sur le net visent à pervertir notre jeunesse. Prenons l’exemple des séries sénégalaises, certaines scènes ou certaines paroles peuvent pervertir nos enfants. Chez moi, il est hors de question que ce genre de contenus soit visionné par mes enfants. Je suis radicale là-dessus. Il faut être aux aguets pour pouvoir protéger nos enfants. Cependant, je ne suis pas contre une utilisation saine c’est-à-dire  pour une utilisation plus instructive. L’internet n’est pas mauvais, mais c’est l’utilisation qu’on en fait qui peut poser problème ».

Dans un autre registre, dans le milieu scolaire, l’usage excessif des réseaux sociaux peut impacter sur le niveau des élèves,  en terme  de temps et de concentration, entre autres. L’image de l’élève d’aujourd’hui peut être à l’opposé de ce qu’elle était, il y a quelques années. Une dépendance chronique notée qui peut influer fortement sur la qualité même du travail.

Élève en classe de Première L (1ère L), Ndeye Fatou Ndiaye, 17 ans, téléphone à la main, parcourt les différents réseaux pendant la courte pause qui lui est réservée. De Facebook à  Instagram, sans oublier Whatsapp et le dernier arrivé Tik Tok, elle ne se lasse pas. « Je ne pourrai pas vivre sans les réseaux sociaux. Je suis tellement habituée que je ne peux pas rester toute une journée sans me connecter. Ça me permet de me changer les idées et de sortir de la routine et du stress de l’école. Je suis présente sur tous les réseaux et j’avoue que ça me prend tout mon temps. Même en apprenant mes leçons, je ne peux pas m’empêcher de jeter un coup d’œil sur mon téléphone ou de répondre à un message. C’est plus fort que moi », conclut-elle.

LES RESEAUX SOCIAUX L’APANAGE DES PETITS BUSINESS

Avec le développement de ces outils de communication, une nouvelle tendance a vu le jour celle : le «e-commerce» ou encore la vente en ligne. Aujourd’hui, il est presque devenu normal de trouver toute sorte d’articles ou produits en vente sur le net : friperies, produits de beauté, accessoires de tous genres… tout y passe.

Mame Diarra Bousso Gueye fait partie de cette tranche qui voit les réseaux sociaux comme un outil propice à son business. « Salihate Store », c’est le nom utilisé par notre business woman. Elle nous en dit un peu plus: « l’utilisation des réseaux sociaux  a eu un impact positif sur mon commerce. J’utilise deux réseaux, Instagram et Whatsapp, et j’arrive à élargir ma clientèle grâce à mes connaissances et également aux partages. Il m’arrive d’avoir un bénéfice de 25.000 FCFA. Tout dépend de la clientèle. »   Allant plus loin Mame Diarra aspire à créer son propre site. Un projet qu’elle « peut entamer à tout moment », selon elle.

LE REVERS DE LA MEDAILLE

Cependant cette navigation à destination inconnue peut tourner très vite au cauchemar. En effet, un nouveau phénomène a vu le jour, celui du  « revenge porn » qui consiste à rendre public des contenus malencontreux d’une personne. Des comptes anonymes et parfois connus qui gagnent du terrain au Sénégal. Malheureusement, cette nouvelle tendance ne fait pas la fierté du « Senegal Benn Bopp la » d’antan.

Des personnes d’âge mûr, à l’image de Samba Diallo, sexagénaire, trouve que ce genres d’actes vont à l’encontre de nos valeurs culturelles. « Ces genres d’attitudes ne sont pas conformes à notre culture. Des années en arrière, il était impensable de voir toute une vie, des secrets exposés sur la place publique. Nous avons perdu ce qu’on appelle le « sutura ». Les réseaux sociaux pervertissent la population. Il est temps de prendre conscience quant  à  l’utilisation démesurée de ces réseaux. »

LA CDP, POUR VEILLER AU GRAIN

Pourtant des textes existent. Et, en application des dispositions de la loi 2008-12 du 25 janvier 2008  portant Protection des données personnelles, il a été mis en place une autorité indépendante chargée de veiller sur ces dérives. C’est la Commission Nationale de Protection des Données Personnels (CDP) dont le mandat est d’assurer le traitement des données personnelles dans le respect des dispositions de la loi et de défendre les droits des personnes concernées et les obligations des responsables du traitement. En foi de quoi la diffusion de données personnelles ou d’images compromettantes est  punie par la loi sénégalaise.  En attendant une prise de conscience et le sens de la mesure, surtout chez les jeunes utilisateurs de ces réseaux sociaux, au Sénégal, de plus en plus de victimes sortent de leur silence pour réclamer justice. L’heure semble être à l’éveil des consciences. Surtout que l’utilisation des réseaux sociaux est devenu un incontournable dans le quotidien des Sénégalais même si son usage excessif peut parfois mener à des choix malencontreux.

Comments are closed.