(Vidéo) « J’ai débuté avec 1500 FCFA », Toumany Badiane, jeune étudiant entrepreneur de 22 ans, fondateur de l’entreprise Toumy Production

0
410

Toumany Badiane est un jeune entrepreneur, fondateur de l’entreprise Toumy Production, spécialisée dans la Communication digitale et la Transformation de produits locaux. ‘’Jeune’’ parce que Toumany Badiane n’a que 22 ans. Mais il cherche déjà à boxer dans la cour des grands. Débordant d’ambitions, il gagne des marchés pour ses produits et marques au-delà des frontières sénégalaises.

Avec son entreprise Toumy Production, créée en 2018, tout juste après l’obtention du BAC, au Lycée de Koubanaw, dans le département de Bignona, région de Ziguinchor, ce jeune Sénégalais, ambitionne d’être présent un peu partout en Afrique.

Parti de rien comme il le confie : «j’ai débuté avec 1500 FCFA», et booste par sa maman qui lui a motivé à se lancer dans l’entrepreneuriat, avec une base de formation en gestion de projets à l’AFI-Université de l’entreprise, Toumany Badiane n’a attendu aucun financement venant de quelque bord que ce soit, pour se lancer.

«Je n’ai jamais reçu un financement venant de l’État ou de quelque bord que ce soit», confie-t-il, précisant qu’il se débrouille avec les moyens du bord. Cet étudiant ne se prend pas la tête avec les financements car il a trouvé la réponse dans ce précepte devenu son leitmotiv : «ce n’est pas l’argent qui fait le projet, mais c’est le projet qui fait l’argent». Il conseille à ce effet à ses camarades jeunes de juste croire en eux, d’avancer et d’essayer de marquer le premier pas. «C’est ce qui est important», même s’il reconnaît que «tout début est difficile, mais il faut y croire».

A la tête d’une équipe de 9 (Neuf) jeunes de nationalités diverses et aux profils variés (transformateurs de produits locaux et spécialistes en Communication digitale) ce jeune habitant la commune de Tivaouane Peulh Niague avec ses parents, a déjà à son actif deux marques :  ‘’Génération entrepreneurs’’ et ‘’Ne me touche pas ! C’est moi qui décide !’’, sans oublier le détergent ‘’Toumy Javel’’.

«‘’Génération entrepreneurs’’ est une marque pour encourager les jeunes entrepreneurs mais aussi essayer de motiver mes camarades jeunes dans l’entreprenariat» et «la marque ‘’Ne me touche pas ! C’est moi qui décide !’’ : l’idée derrière est de rendre hommage aux femmes face aux maux qu’elles subissent, les violences faites aux femmes», confie-t-il. «Nous avons après un autre produit qui s’appelle ‘’Toumy Javel’’. C’était au mois de mars, en plein Covid-19, que j’ai eu l’idée. Comme on le dit, il faut profiter des crises pour changer les choses. Moi j’ai profité de la crise pour m’enrichir, mais aussi pour apporter mon soutien à la société», avoue-t-il.

Même si les clignotants de Toumy Production sont au vert, car «il y a une évolution par rapport à l’année dernière», tel qu’il le dit, la vie n’est pas toute rose pour elle, dans la mesure où la faible production de l’eau de javel lui handicape un peu.

«L’eau de javel est un produit qu’on utilise quotidiennement. Aujourd’hui, je n’arrive pas à satisfaire la clientèle parce que ce que je produits est insuffisant. Pour être à mesure de satisfaire la demande, je suis obligé d’augmenter la production, alors qu’en ce moment, je travaille avec les moyens du bord», avoue-t-il, tout en précisant qu’il ne baisse pour autant pas les bras car conscient que «tout début est difficile».

La hargne d’entreprendre en bandoulière, le jeune étudiant entrepreneur dira avoir noté que «beaucoup de jeunes commencent à se réveiller. Je vois des jeunes très créatifs». Donc, «il suffit de les booster», lance-t-il comme invite aux autorités du pays, pour lutter contre le chômage endémique des jeunes au Sénégal et la forte propension pour certains de ses camarades juvéniles à embarquer sur des pirogues de fortune pour tenter de rejoindre l’Eldorado.

J M DIATTA 

Comments are closed.