8 hectares du domaine militaire de Ouakam octroyés à la délégation officielle de football : la Fédération de tir et chasse crie au scandale

0
667

L’octroi des terrains à la délégation de 52 personnes ayant pris part à la CAN victorieuse au Cameroun dans la capitale n’a pas fait que des heureux. La désaffection partielle d’un terrain dans le périmètre l’Ecole des officiers de la Gendarmerie à Ouakam entraînerait la disparition du champs de tir de la Fédération sénégalaise de Tir et de Chasses. Dépossédé de son mytique stand de tir des anciens champs de course de Dakar par Karim Wade, alors tout puissant ministre de la terre, du ciel et de la mer, la fédération sportive n’est pas prête à vivre une nouvelle «injustice» après avoir consenti un important investissement sur le site sur la lancée de préparation des prochains JO Paris 2024 mais surtout les JOJ Dakar2026.

La désaffection de terrain à la délégation du Sénégal à la CAN victorieuse à la CAN au Cameroun pourrait être vécue comme un cauchemar pour la Fédération sénégalaise de chasse et Tir. La fédération sportive est en effet sur le qui vive depuis le decret du Chef de l’Etat de toucher les réserves foncières de l’Armée. 

Elle serait en effet la principale victime par cette décision car elle entraînerait la disparition de son champs de tir situé dans le périmètre l’Ecole des officiers de la Gendarmerie à Ouakam. 
Le chef de l’Etat a-t- il eu toutes les informations afférant à cette attribution ? Difficile de répondre à cette question. 

Même si la quotidien le témoin évoquait dans sa livraison du vendredi dernier, que le Président Macky Sall avait instruit ses services, notamment le ministère des Finances et du Budget à travers la Direction générale des Impôts et Domaines (DGID) de la possibilité de désaffecter la réserve foncière de l’Ecole des Officiers de la Gendarmerie nationale de Ouakam sur une superficie de 8ha, le doute s’est bien installé.


Quoiqu’il en soit la Fédération de chasse et de tir dirigé par Mamadou Ba n’entend pas vivre cette nouvelle injustice après celle qu’elle dit avoir subi aux débuts des années 2000 avec la démolition par l’Etat de son mytique stand de tir qui se trouvait dans les anciens champs de course de Dakar.


La disparition de ce champ de tir au profit d’autres sportifs entrainera, selon une sources fédérales, la perte pure et simple d’un important investissement financier déjà consentis pour le développement de cette discipline qui constitue de valoir les meilleurs résultats sur le plan international. Mais surtout dans la dynamique dans laquelle elle s’est lancée en direction de la préparation des Jeux olympiques Paris 2024 mais surtout des Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ) Dakar  » 2026″. 

Saisine du CNOSS et du Ministère des Sports 

D’après des sources ayant pris langue avec la Rédaction de Sud Quotidien, la Fédération dirigée par le président Mamadou Ba, n’entend pas se laisser faire.

«Cette grosse injustice. Nous sommes une Fédération qui a remporté plusieurs médailles au Sénégal. Nous avons consenti un très lourd investissement de plus de 100 millions. Si cette opération venait à être exécutée, ce serait la mort des tirs et chasses », s’exclame un membre du Comité exécutif.

Et d’ajouter, «nous allons saisir le Comité olympique et sportif sénégalais (CNOSS) dont notre président est vice-président. Nous allons aussi en parler avec le ministre des Sports qui a toujours plaidé pour l’équité sportive entre les Fédérations »

Omar DIAW 

Comments are closed.