Assemblée nationale : Benno évince Mimi

0
876

Aminata Touré perd son poste de député à l’Assemblée nationale. L’ancienne Première ministre, devenue entretemps députée non inscrite, a été évincée de la quatorzième législature hier, mardi, par le bureau de l’institution parlementaire. Réunie en urgence pour statuer sur le « cas » Mimi Touré démissionnaire du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakar, le bureau a entériné par 10 voix pour contre 7, selon des sources concordantes, cette exclusion. En totale violation de du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, et avec le soutien de Wallu Sénégal !

 

Le bras de fer  Aminata Touré-Benno Bokk Yakaar qui a débuté avec l’installation de la 14èeme législature et l’élection d’Amadou Mame Diop au perchoir, le 12 septembre dernier, a pris une nouvelle tournure hier, mardi 24 janvier 2023, à l’Assemblée nationale. Pour cause, le bureau de l’institution parlementaire qui était convoqué en réunion d’urgence sur la demande de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY-majorité), a déchu de son poste de député l’ancienne cheffe du gouvernement, devenue parlementaire depuis les élections législatives de juillet dernier. Le coup de force de Benno Bokk Yaakaar, et singulièrement de l’Alliance pour la République (Apr-parti au pouvoir) a été rendu possible grâce au soutien de la coalition Wallu Sénégal qui a permis à la requête de destitution de passer par 10 voix pour contre 7 voix.  A la suite, Aminata n’a pas tardé à réagir à ce coup de force du camp au pouvoir. Aussi a-t-elle confirmé sur Twitter la nouvelle donne : « Je viens d’apprendre mon exclusion de l’A.N par @Macky_Sall en totale violation de la loi. Je reste plus que jamais déterminée à poursuivre mon combat pour l’enracinement de la Démocratie sénégalaise et contre sa tentative de 3e mandat moralement et juridiquement inacceptable».

Pour rappel, l’ancienne Première ministre qui avait conduit la liste proportionnelle et/ou nationale de Benno Bokk Yakaar aux dernières élections législatives et qui n’avait pas apprécié le choix porté sur Amadou Mame Diop pour le poste de président de l’Assemblée nationale, avait quitté avec fracas son groupe parlementaire, le 28 septembre dernier. Dans la foulée, elle s’était proclamée députée non-inscrite. Au grand dam de la coalition présidentielle qui perdait du coup sa majorité relative d’une voix face aux 80 membres de l’opposition parlementaire. En riposte à la rébellion de Mimi Touré, la coalition Benno Bokk Yaakar déclenchait une levée générale des boucliers contre la nouvelle députée non-inscrite qui osait «défier» en interne et aussi ouvertement son ancien camp, lequel lui demandait  ouvertement d’ailleurs de rendre le poste de député, sous peine d’une mesure d’exclusion de l’Assemblée nationale. Le bras de fer a débouché hier, mardi, sur un coup de force qui évince de l’hémicycle Aminata Touré qui avait proclamé entretemps sa candidature à la présidentielle de 2024.

MIMI, LE COUP DE FORCE

Si on se réfère aux textes qui régissent l’Assemblée nationale, Mimi Touré était hors de portée de toute sanction de son parti, l’Apr. Comme avaient tenu à le souligner beaucoup d’anciens parlementaires. A l’instar de Hélène Tine, ex-député de l’AFP qui soulignait en son temps :  «L’alinéa 1 de la loi du règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui parle de démission dit que le député ne peut perdre son siège que quand il démissionne (et non exclu) de son parti. Dans le cas d’Aminata Touré, elle n’a pas démissionné de son parti, elle a dit qu’elle démissionne du groupe parlementaire. Donc, je ne vois pas comment le groupe parlementaire de Benno Bokk Yaakaar va aller vers une procédure de retrait de son mandat de député, tant qu’elle n’aura pas démissionné de l’APR, qui est son parti. Aminata Touré restera député même si elle venait d’être exclue de l’Apr ». Et même si certains esprits évoquaient le cas des députés Mbaye Ndiaye et Moustapha Cissé Lo qui ont été «déchus» de leur mandat par le Parti démocratique sénégalais (Pds, au pouvoir de 2010 à 2012), cela était loin d’être opposable à Aminata Touré, dixit Hélène Tine. Pour la simple raison qu’elle n’a pas démissionné de son parti et n’a posé aucun acte allant dans ce sens. Apparemment, la majorité présidentielle n’a eu cure de ces considérations du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Quant à la Constitution dont est évoqué, par le camp au pouvoir, l’article numéro 2016-10 du 05 avril 2016 portant révision de la Constitution, celui-ci est sujet à question dans le cas Mimi Touré. Puisqu’il stipule que « Tout député qui démissionne de son parti en cours de législature est automatiquement déchu de son mandat. Il est remplacé dans les conditions déterminées par une loi organique », ce qui n’est pas le cas. Aminata Touré n’a pas démissionné de son parti et coalition de partis. Elle a juste demandé l’apparentement au cercle des députés non-inscrits, comme le lui permettait le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

REACTIONS…

MAMADOU LAMINE DIALLO, DEPUTE DE L’OPPOSITION : « Comme anticipé, le coup fourré de BBY au Bureau de l’AN s’est produit.  J’ai voté contre la déchéance de Mimi TOURE de son poste de député qui est une agression contre les femmes et la démocratie », a-t-il écrit.
THIERNO ALASSANE SALL, député non-inscrit : « L’exclusion de Mimi Touré de l’Assemblée nationale par un bureau réuni en catimini constitue un guet-apens dans la pire tradition des démocraties. Exclure une personne, sans même l’avoir entendue, est d’une indignité totale de la part de députés qui sont des géniteurs du droit. »

 M DIENG

 

Leave a reply