Au Mali, la junte frappe les rebelles et les jihadistes au porte-monnaie

0
468

Un arrêté du ministère malien de l’Économie daté du 8 mars gèle pour six mois renouvelables « les biens et ressources économiques » d’Iyad Ag Ghaly, à la tête du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM ou JNIM selon l’acronyme arabe), et de son lieutenant Amadou Kouffa, chef de la Katiba Macina.

Quatre autres hommes sont visés : Alghabass Ag Intalla, Bilal Ag Acherif, Fahad Ag Almahmoud et Achafagui Ag Bouhada, des chefs de la rébellion touarègue qui a repris les armes contre l’État malien en 2023. Le décret présente ces derniers comme membres ou alliés du JNIM. Ils sont tous décrits comme de nationalité malienne et résidant habituellement au Mali, sauf Bilal Ag Acherif, Malien mais né au Burkina Faso. Son lieu de résidence habituelle n’est pas indiqué.

Leave a reply