Benin – patrice talon promet de ne pas briguer un troisième mandat : «Il convient de limiter les mandats… et je m’engage devant vous à la défendre, à en être témoin»

0
907

Le Protocole additionnel de la CEDEAO consacre déjà le principe de la non-modification des lois électorales 6 mois avant les scrutins. C’est pour bétonner le Protocole de bonne gouvernance démocratique que, en juin 2022 dernier, les Chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont soumis à leur propre attention un amendement à insérer dans le Protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance afin d’institutionnaliser la norme de la limitation des mandats présidentiels à deux.

Seulement, les présidents Macky Sall (Sénégal), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) et Faure Gnassingbé (Togo) ont rejeté ledit amendement, contrairement à leurs homologues des 12 autres Etats membres de la CEDEAO, à travers des «réserves de non approbation» transmises à la réunion des ministres des Affaires étrangères qui planchait sur le sujet. Malgré le rejet de cet amendement, au bénin le président Talon réitère sa décision de ne pas briguer un troisième mandat, en 2026.

Réélu le 11 avril 2021, le président béninois Patrice Talon a décidé de ne pas briguer un troisième mandat en 2026. Un engagement pris en juillet 2021, devant plusieurs organisations de la société civile africaine notamment «Togo Debout» ou encore  «Tournons la page». Mieux, le président béninois, a garanti qu’il ne changera pas la Constitution qui prévoit au maximum deux mandats de cinq (05) ans.

«Il convient de limiter les mandats. Quand on fait la balance des avantages et les inconvénients, l’évidence est claire, limiter les mandats à tous égards au profit du peuple, que de laisser les uns et autres rester éternellement dans la fonction. Vous avez absolument raison de prôner l’alternance, je m’associe pleinement à votre action et je m’engage devant vous à la défendre, à en être témoin», a déclaré le président béninois Patrice Talon lors d’un sommet citoyen de la société civile africaine sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance et l’Alternance sur le continent.

«Un exemple, ici, comme mes prédécesseurs, ce mérite, il n’est plus le mien ici au Bénin, c’est un acquis pour nous. Mes prédécesseurs l’ont montré. J’ai simplement à faire comme eux afin que ceux qui vont venir continuent à faire comme nous. Car nous devrons donc œuvrer à renforcer cela  au Bénin. Chacun devra œuvrer à ce que  ce soit durable ; mais vous, vous pouvez le porter au-delà de notre frontière, au-delà des frontières du Bénin. J’ai en tout cas l’obligation de ne pas donner de leçons. Je suis honoré de défendre, sur la terre béninoise, cette vertu qu’on attend des gouvernants de ne pas se prendre pour Dieu Tout-Puissant, l’Eternel, et d’avoir l’humilité de comprendre qu’un autre peut toujours mieux faire», a-t-il défendu.

O G

 

Leave a reply