Carte sanitaire de la Casamance : Le SAMES note un gap en infrastructures et ressources humaines

0
288

Réuni en conclave pendant 72h, dans la région de Ziguinchor, particulièrement au Cap Skirring, le comité exécutif national (CEN) du Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (SAMES) s’est penché sur plusieurs sujets intéressant le secteur de la santé dont le déficit de personnel mais surtout le manque d’infrastructures sanitaires dans les régions dans la région Sud du pays.

Sur la carte de santé de la région de la Casamance, le Sames a dit avoir  également étudié et constater l’amélioration et la densification de manière notable de cette dernière, mais que d’important gaps doivent être comblés en termes d »infrastructures, mais aussi en ressources humaines.

« Les médecins spécialistes en anesthésie réanimation, en pédiatrie, en cardiologie, ou en ophtalmologie dont un seul exerce dans toute la Casamance sont des besoins pour cette zone. Les blocs SOU de Ziguinchor, Oussouye et Thionk-Essyl restent toujours fermés et les départements de Bounkiling et de Médina Yoro Foula n’ont toujours pas de centre de Santé » a déclaré le Sames lors de son conclave dans le sud du pays. 

Et la source de poursuivre : « tous ces déficits remettent à l’ordre du jour les mesures incitatives pour l’exercice en zone difficile ». 

Face à cette situation préoccupante qui ne favorise pas une bonne prise en charge des malades, le Sames préconise : « la présence de l’UFR santé de l’université Assane Seck de Ziguinchor peut également permettre d’améliorer de manière notable la disponibilité des spécialistes en favorisant la signature de conventions, en appuyant la recherche locale et en participant au fonctionnement d’un EPS 3 ».

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.