Code de la famille : des « badianou gox » plaident pour l’abrogation de l’article 111

0
635

(APS) – Les « badianou gox » (marraines de quartier) de Ziguinchor (sud) ont plaidé dimanche pour l’abrogation de l’article 111 du Code de la famille sur l’âge légal du mariage, lequel favorise selon elles « le mariage précoce des jeunes filles ».

« Il faut modifier cet article. La fille doit aussi aller à l’école comme le garçon. Se marier à l’âge de 16 ans, c’est très tôt. La fille doit se marier à l’âge de 18 ans, et non à partir de 16 ans », a martelé leur présidente régionale des marraines de quartier, Adja Fatou Cissé.

Elle a exprimé cette position lors d’une journée de sensibilisation tenue au poste de santé de Djirighor, un quartier de Ziguinchor. La rencontre a enregistré la présence, entre autres, de religieux, d’élus locaux et de notables.

« Nous demandons l’abrogation de l’article 111 du Code de la famille. Cet article n’arrange pas les jeunes filles et leurs parents », a insisté Mme Cissé, secrétaire générale de l’Association nationale des « badianou gox ».

« Une fille qui a 16 ans est encore mineure. Et un mineur ne décide pas. La place de la fille de 16 ans est à l’école. Se marier à cet âge est synonyme de mariage précoce. Il faut revoir cet article », a-t-elle préconisé.

Une fille de 16 ans, « l’on considère que c’est un mineur qui a besoin de protection et de prise en charge et [donc ne devrait pas être soumis à] des obligations avant sa majorité, cela peut poser problème quant à sa protection », a réagi Souleymane Wane, éducateur spécialisé à l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO) de Ziguinchor.

Il a également pointé l’article 196 du Code de la famille portant sur le refus de paternité, estimant qu’il « constitue une entrave aux droits des enfants ».

« Il faut que les droits de l’enfant qui sont signés par le Sénégal à travers une convention puissent être mieux respectés afin de mieux protéger les enfants », a plaidé M. Wane.

Les « badianou gox » de Ziguinchor ont plaidé pour ‘’abrogation de cet article 196 qui, à leurs yeux, favorise « le refus de paternité ».

Leave a reply