Confusion autour du maintien de l’Afrique du Sud dans la CPI

0
465

(Rfi.fr)- En Afrique du Sud, l’ANC n’a pas demandé le retrait de la Cour pénale internationale (CPI). Revirement tardif mardi soir 25 avril du parti au pouvoir après les propos de son secrétaire général de l’ANC, Fikile Mbalula, et du président Cyril Ramaphosa. Lors de deux conférences de presse distinctes, les deux hommes ont évoqué le retrait de l’Afrique du Sud de la CPI, jugée inéquitable. Le pays est signataire du Statut de Rome depuis 1998 et des précédentes tentatives de quitter la Cour, comme en 2016, ont déjà échoué. Cette nouvelle confusion illustre l’ambiguïté de Pretoria à l’égard de la CPI.

L’Afrique du Sud est bien embêtée depuis qu’un mandat d’arrêt international a été émis contre Vladimir Poutine. Le président russe est invité au sommet des Brics qui se tient en Afrique du Sud au mois d’août et Pretoria aurait pour obligation de l’arrêter.

Depuis l’émission du mandat, la CPI fait l’objet de critiques de l’ANC comme ici de son secrétaire général Fikile Mbalula. « Comme l’a dit la conférence de l’ANC, la CPI ne sert pas l’intérêt commun, mais l’intérêt de quelques-uns. Mais du point de vue de l’ANC, Vladimir Poutine peut venir ici quand il veut. »

Lors de cette conférence de presse, Fikile Mbalula a dit que l’ANC avait adopté une résolution pour quitter la Cour pénale internationale. C’est pourtant l’inverse : en décembre, l’ANC a voté pour l’annulation d’une procédure de retrait. Mais entre-temps, le président Cyril Ramaphosa a appuyé les propos de son secrétaire général lors d’une conférence de presse distincte « Oui, l’ANC, le parti au pouvoir, a décidé qu’il serait prudent pour l’Afrique du Sud de se retirer de la CPI. »

Tard dans la soirée, l’ANC a publié un communiqué pour faire marche-arrière et dire qu’aucun retrait immédiat de la Cour pénale internationale n’était envisagé.

Leave a reply