Crimes de masse : Pour une coopération entre la justice internationale et les juridictions locales

0
204

Le Procureur des mécanismes internationaux (l’ex-Yougoslavie et le Rwanda – TPIR), Serge Brammertz, plaide pour une coopération entre la justice internationale et les juridictions locales. «La justice internationale est excessivement importante. Il y a des juridictions internationales qui font un travail important ; mais les juridictions nationales ont aussi un rôle très important à jouer. Et ça c’est un peu l’objectif de la conférence de trouver encore des synergies meilleures entre la justice internationale, d’un côté, et la justice nationale, de l’autre», a-t-il dit hier, lundi 25 octobre, à l’ouverture d’un séminaire sur la «Justice pour les crimes internationaux : enjeux et stratégie en Afrique de l’Ouest et ailleurs», organisé par la fondation Konrad Adenauer Stiftung.

Pour lui, les Procureurs nationaux et internationaux doivent trouver de meilleurs moyens de coopérer.  Une coopération entre la Cour pénal internationale (CPI) et les Etats est importante car, trouve-t-il, «la justice sera toujours mieux rendue près des communautés affectées à savoir celle des auteurs et des victimes. C’est d’ailleurs le principe de la justice internationale où la complémentarité est une des fondations. Elle n’intervient uniquement que quand la justice nationale ne fait pas son travail». Toutefois, signale-t-il,  le hic pour l’Afrique est que «les systèmes judicaires n’ont pas les moyens pour des enquêtes couronnées de succès». Il faut, dès lors, «de la volonté politique nationale et régionale».

 L’indemnisation des victimes est un manquement qui plombe la bonne marche de la justice. «La justice internationale ne peut résoudre tous les problèmes. L’indemnisation des victimes reste un souci. Quand on parle de justice internationale, on fait allusion à des crimes de masse. On fait allusion à des milliers ou des dizaines de milliers de victimes et c’est quasiment impossible d’avoir des dédommagements individuels.  C’est un devoir pour la communauté internationale qui n’a pas empêché que ce genre de conflits ait lieu, de jouer un rôle plus important», dit-il.

L’ancienne Procureur de la Cour Pénale Internationale, Fatou Bensouda, a quant à elle, jugé nécessaire qu’il y ait une meilleure compréhension des communautés de la mission de la juridiction.  Mieux, la connaissance de la justice internationale doit être promue surtout, indique-t-elle, que beaucoup de faits répréhensibles se sont passées dans des pays tels que la Gambie, le Liberia ou encore la Guinée Conakry.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.