Dialogue du peuple aux parcelles assainies : le sous-préfet ferme le jardin public de l’unité 11 à Yewwi et le F24

0
577

Les partisans de Yewwi Askan Wi et les membres du F24 avaient  décidé d’organiser, en parallèle au dialogue national convoqué par la chef de l’Etat, Macky Sall au Palais de la République,  hier mercredi, un dialogue du peuple au jardin public de l’unité 11 des Parcelles Assainies à partir de 16h. Mais, ce dialogue n’a pas pu avoir lieu dans cette place publique, malgré la présence de quelques personnes sur place et qui tenaient des débats parallèles. La rencontre interdite par le sous-préfet des Parcelles Assainies, les Forces de l’ordre avaient quadrillé cet espace pour faire respecter cette mesure de l’autorité administrative locale.

«Nous n’avons pas une autorisation pour faire l’activité», lance un militant trouvé sur place.  Il y avait beaucoup de policiers (sur place). A l’entrée,  une charrette est visible, de l’autre côté, une personne qui rangeait les chaises et une autre s’affairait autour des barricades.  «Vous êtes venu pour le dialogue ? On a changé le lieu, c’est désormais au foyer Demba Dia», a-t-il expliqué à des militants et sympathisants qui affluaient de toutes parts. Mais, arrivé là-bas, l’on constate le même décor ; les Policiers n’ont pas laissés les partisans de l’opposition tenir leur activité.

«DIALOGUE DU PEUPLE» : DES GENDARMES CHEZ MALICK GACKOU A YOFF

Toutefois, les partisans de Yewwi et du F24 n’arrêteront pas d’insister pour trouver des solutions, après le refus de l’autorité et des policiers, de l’accès à ces lieux. Ils ont dû se replier au siège du Grand parti (Gp), pour discuter. «Suite au refus du sous-préfet de la tenue de notre Dialogue du peuple au Jardin public des Parcelles Assainies, celui-ci se tiendra à 17 h au siège de Malick Gackou à Yoff, siège du Grand Parti», informe une note des forces vives du F24.

Seulement, ce changement de site s’annonçait aussi ne pas garantir la tenue de «Dialogue du Peuple». En effet, le siège du Grand parti (Gp) qui été choisi pour l’accueillir, après l’interdiction, par le sous-préfet, aux Parcelles Assainies, est assiégé par les éléments du Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN). Une information confirmée par le leader de cette formation politique, Malick Gackou.

Et un de ses proches, du nom de Malamine Fall, d’ajouter à travers un post sur Facebook : «La Gendarmerie vient de fouiller étage par étage les bureaux du président Malick Gackou. On vit dans un état de siège. Trop, c’est trop».

 

MAO NDIAYE (STAGIAIRE) & ID

Leave a reply