(Dossier) Le «célibat endurci», une vie d’angoisse et de hantise, face au regard et à la pression familiale

0
1716

Au Sénégal, nombreux sont ceux qui vivent le chagrin du  «célibat endurci», même s’ils ne le montrent pas pour ne pas être la risée du quartier. Ce fait de société touche les deux sexes à savoir l’homme et la femme, même s’il est mal perçu surtout du côté de la femme qu’on finit par qualifier de «vieille fille». Ils rêvent tous de se pendre et vivre leur idylle au grand jour, mais le destin en a décidé autrement, en leur privant de partenaire, jusqu’à certain âge, notamment à partir de 25 ans environ, pour la femme, et 30 ans pour l’homme. Frustrés et mal jugés par la société, ils sont condamnés à vivre avec ce grand mal accentué par remarques venant surtout de leurs proches, parents et amis et qui, dans une certaine mesure, ont l’allure d’injonction plus qu’une incitation au mariage.

«Qu’attends-tu pour te marier ?» «Tu es une veille fille, arrêtes de renvoyer les prétendants, tous tes amis(es) se sont mariés (es), pourtant tu n’es pas mal». «Arrêtes de «trier», tu risques de tomber sur une mauvaise ou moche femme». Bref, ce sont là quelques phrases mythiques destinées aux garçons et filles adultes d’un certain âge qui peinent ou tardent à trouver chaussures à leurs pieds. Ils sont versés dans le lot du «célibat endurci». Ce phénomène, à la limite perçu comme un sacrilège, constitue un poids lourd chez la femme, contrairement à l’homme qui se soucie peu du regard de la société ou subit moins la pression familiale et sociétale.

Dans les maisons, il y a souvent une personne  en âge de se marier mais qui pourtant ne l’est pas. Une situation très difficile à supporter, surtout quand la pression sociale vient s’y ajouter et le petit-frère (pour l’homme) ou la petite sœur (pour la femme) réussissent à se marier avant. Dès lors, le «célibat endurci» devient gênant voire un lourd fardeau dans une société qui devient plus en plus exigeante et parfois même agaçante envers ces personnes qui peinent encore ou tardent à trouver un conjoint ou une conjointe, comme le voudrait la tradition et les croyances (Islam et Christianisme). Avec ces remarques «désobligeantes» qui bourdonnent ou agressent au quotidien leurs oreilles, comme s’ils ont choisi ou commis crime les mettant en «marge» de la société.

«TOUT LE MONDE TE DEMANDE CE QUE TU ATTENDS, COMME SI…»

Mlle Gnagna Sarr  qui va bientôt souffler ses trente bougies est toujours célibataire. Elle dit avoir honte de ce statut. «Je suis fatiguée d’entendre toujours la même chose, à longueur de journée. Dans les cérémonies, c’est encore pire. J’aimerai bien me caser et fonder une famille comme mes amies. Mais je suis toujours là», fait savoir  Gnagna qui dit ne pas manquer de prétends. «Mais, c’est l’heure qui n’a pas encore sonné».

Selon Aissatou Dabo, à chaque fois qu’elle voit une amie se marier, elle verse toutes les larmes de ses yeux, une fois de retour chez elle car, soutient-elle, «la situation me dépasse. J’ai envie de me marier ; mais je n’ai pas encore vu celui qu’il faut. J’envie toutes mes amies et à chaque fois que je vois l’une d’elles se marier, je pleure pour évacuer ma frustration. Certes, je veux me marier ; mais je ne veux pas être aussi aveuglée par cette envie jusqu’à tomber sur la mauvaise personne», fait-elle savoir. Avant d’ajouter : «tout le monde te demande ce que tu attends, comme si cela dépendait uniquement de toi. Bientôt 35 ans, je suis toujours chez mes parents», lâche-t-elle sous un sourire franc.

A lire sur le même dossier : (Dossier) Famille et société sénégalaises : quand être célibataire devient un fardeau sociétale

«LA SOCIETE TE COLLE TOUTES SORTES D’ETIQUETTES ET CERTAINS MEME OSERONT TE DIRE QUE TU AS UN ‘’FARU RAB’’»

Abda Fall, père d’un petit garçon, avoue ne  pas encore avoir rencontré celle qu’il lui faut. «C’est un peu gênant quand votre petit-frère se marie et que vous soyez toujours dans le célibat. Il aura beaucoup plus de considération et de respect que vous qui êtes l’ainé de la famille», relève-t-il. Avant de déclarer : «ma mère me fatigue et n’arrête pas de me répéter que je dois me marier. Mais je ne suis pas prêt car je n’ai pas rencontré celle que je veux. Les moyens pour entretenir une femme ne sont pas réunis. Je ne voudrai pas que ma femme soit une autre charge pour mes parents», confit Abda.

La pression ne se situe pas unique au niveau de la famille, mais la société également qui porte un regard et des préjugés, une habitude «typiquement» sénégalais. Mlle Diadia Ndao n’a pas peur d’être critiquée  par sa famille car elle dit avoir les mots pour se défendre. Cependant, elle a un faible pour les préjugés sociaux. «Quand tu es en âge de te marier et que tu sois toujours célibataire, la société te colle toutes sortes d’étiquettes. Et certains même oseront te dire que tu as un «faru rab» (amant djinn ou habité(e) par un mauvais esprit, qui repousserait tout(es) prétendant-es-). Ils te pointent du doigt en disant que tu n’as pas envie de te marier parce que tu aimes la liberté», explique cette célibataire de 25 ans  qui indique avoir marre de vivre chez ses parents car, même ses petits frères lui rappellent son statut avec des mots parfois blessants.

LE RECOURS AUX MARABOUTS ET AUTRES CHARLATANS

Parmi celle qui vivent le «célibat endurci», certaines ont recours aux religieux pour solliciter des prières ou même des marabouts et charlatans, afin qu’elles soient la prochaine sur la liste. Mlle Yaka Fall, 37 ans, n’a pas de complexe pour avoir fait recours aux marabouts. Elle  nous raconte sa situation en toute aisance.

«Dans le groupe d’amies, je suis la seule qui n’ai pas encore de mari. Juste des prétendants qui ne sont prêts. Franchement, tu ne peux pas dire à un homme de venir demander ta main, s’il n’en a pas l’intention. J’ai plusieurs fois fait recours aux marabouts pour voir si ma situation serait décantée, mais rien. A chaque fois, je me rends chez un des marabouts recommandé par une amie, il me donne des bains et formule des prières, mais toujours rien», lâche telle. Comme pour montrer que le «célibat endurci» est un véritable poids, chargé par des stéréotypes difficile à vivre, qui nécessite toutes les forces du monde pour le supporter.

Amsatou GANO (Stagiaire)

Comments are closed.